L’opposition réagit suite à la répression de sa marche du samedi dernier : «Nos organisations dénoncent le détournement des missions de l’armée, par son utilisation illégale dans la répression des manifestations »

La marche pacifique du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), de la Coalition des Forces patriotiques (COFOP) et de l’Adema Association a été dispersée, le samedi 8 décembre 2018, dans la matinée, par les forces de l’ordre à l’aide des gaz lacrymogènes. Lors de cette répression policière, il y a eu des blessés et des interpellations. Suite donc à cette répression, le FSD, la COFOP et l’Adema Association ont produit un communiqué, hier mercredi 12 décembre 2018, pour condamner cet acte perpétré par les forces de l’ordre. « Nos organisations dénoncent le détournement des missions de l’armée, par son utilisation illégale et scandaleuse dans la répression des manifestations », soulignent les signataires du communiqué conjoint.

Dans ce communiqué, l’opposition politique a fait savoir que la garde nationale est utilisée dans la répression contre les manifestants. « Le samedi 8 décembre 2018, les forces de l’ordre ont, sur ordre du gouvernement, réprimé avec une brutalité inouïe la marche pacifique organisée par la COFOP, le FSD et l’Association ADEMA. Plusieurs manifestants ont été interpellés et placés en détention. D’autres ont été grièvement blessés. Parmi les victimes: Mme Dolo Nana Amidou Diabaté, 29 ans, mère de deux enfants. Elle a été la cible d’une agression barbare aux environs de la Gare Ferroviaire de Bamako en milieu de journée. Une quinzaine de militaires de la Garde Nationale et de la Gendarmerie se sont rués sur cette jeune femme, l’ont rouée de coups de crosses de fusils et de gourdins. Ils l’ont giflée et frappée avec leurs chaussures » révèle communique conjoint du FSD, COFOP et de l’Adema Association. Selon les signataires du communiqué conjoint, Mme Dolo présente, plusieurs jours après cette bastonnade, une bosse sur la tête, de multiples ecchymoses visibles sur tout le corps et a le visage tuméfié. « Nos organisations condamnent avec la dernière énergie cette agression inqualifiable. Elles rendent le régime responsable des tortures et des actes cruels, inhumains ou dégradants infligés à Mme Dolo. Quatre jours après cette honteuse bastonnade, malgré les vidéos qui circulent abondamment sur les réseaux sociaux, il n’y a eu aucune réaction des autorités de fait, aucune plainte ordonnée par le ministère de la Justice, aucune enquête interne de la Garde Nationale et de la Gendarmerie », précise le communiqué conjoint. Par leur silence et leur inaction, l’opposition indique que tous ces responsables couvrent de leur autorité les agissements des tortionnaires de Mme Dolo. « Nos organisations dénoncent le détournement des missions de l’armée, par son utilisation illégale et scandaleuse dans la répression des manifestations. Par ailleurs, la COFOP, le FSD et l’Association ADEMA saluent le courage et la détermination de leurs militants et sympathisants. Ils les exhortent à serrer les rangs et à rester mobilisés et déterminés. Nous souhaitons prompt rétablissement aux blessés et exigeons la libération inconditionnelle des détenus », conclu le communiqué conjoint.

Pour rappel, la marche pacifique du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), de la Coalition des Forces patriotiques (COFOP) et de l’Adema Association a été dispersée, le samedi 8 décembre 2018, dans la matinée, par les forces de l’ordre à l’aide des gaz lacrymogènes. Décidés à marcher, de la place de la liberté jusqu’à la bourse du travail de Bamako, pour dire NON à la répression policière, pour dire NON à l’insécurité grandissante et à la cherté de la vie au Mali, les manifestants ont été confrontés au niet catégorique des forces de l’ordre. A cet effet, des échauffourées ont éclaté entre les manifestants et les forces de l’ordre.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here