9e conférence nationale de l’URD : Soumaïla Cissé fait des propositions concrètes pour « sortir le pays de l’impasse »

Initialement prévue pour novembre mais empêchée par «manque de salles», la 9e Conférence nationalede l’Union pour la République et la Démocratie (URD) a eu lieu, ce samedi 15 décembre au Palais des Sports Salamatou Maïga. Quelque 500 délégués du parti se sont penchés sur les propositions de «sortir de l’impasse » faites par le Bureau Exécutif National (BEN) de leur parti.

Maliweb.net -«Que d’obstacles à la tenue de la conférence de l’URD », indique Me Demba Traoré, secrétaire à la Communication du parti. Qu’à cela ne tienne, au Palais des Sports, on était loin de l’euphorie qui prévalait à la veille de la présidentielle, notamment à la 8e conférence nationale où le parti à la poignée de main, sous le thème: «Restaurer l’espoir» a fait une véritable démonstration de force. A cette 9e conférence nationale de l’URD, l’heure était plutôt au bilan de la présidentielle, aux perspectives pour les prochaines échéances électorales et aux propositions de réformes institutionnelles et administratives.

Plusieurs leaders politiques ont pris part à la cérémonie d’ouverture de la Conférence. Il s’agit entre autres de l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, Me Mohamed Ali Bathily, Me MountagaTall, Konimba Sidibé, Tiébilé Dramé, Choguel Kokalla Maïga ou encre Moussa Sinko Coulibaly. Devant eux, le président de l’URD est revenu sur l’histoire de sa victoire volée à la présidentielle d’août dernier.«Nous disons et répétons haut et fort: Nous avons gagné l’élection du 12 août 2018 !  Et nul ne peut nous faire admettre le contraire ! Les faits sont là! Têtus et implacables !», insiste Soumaïla Cissé.

La 9e conférence nationale a été l’occasion pour le Chef de file de l’opposition de faire des propositions de sortir de crise politico-institutionnelle que traverse, selon lui,  notre pays. Ces propositions, a rappelé Soumaïla Cissé, sont issues de la retraite du BEN de l’URD organisée les 9,10 et 11 novembre 2018, à Sélingué. Sur le système électoral, l’opposant propose l’introduction de la proportionnelle dans le mode de scrutin et la mise en place d’un organe autonome de gestion des élections. L’innovation principale, indique-t-il, consistera à avoir à côté des députés élus dans les régions, 5 députés élus par les Maliens de l’extérieur et une liste nationale de 75 députés comprenant 25 Femmes et 25 Jeunes.

Sur le découpage territorial, Soumaïla Cissé indique: «nous proposons d’ériger tous les 50 cercles existants en régions et de ramener à 2 niveaux au lieu de 3 actuellement la hiérarchie administrative ainsi que celle des collectivités. Notre réforme envisage au niveau du Haut Conseil des Collectivités, en plus des Conseillers nationaux élus dans les Régions, les Communes du District de Bamako et des Régions des Maliens de l’Extérieur, à raison de 2 par Région, 5 Représentants élus par les Leaders Religieux, 5 Représentants élus par les Chefs Traditionnels et Coutumiers, soit un total de 150 Conseillers nationaux». Ces propositions de réformes soumises aux délégués permettront, selon Soumaïla Cissé, de «renforcer la gouvernance locale et rapprocher davantage l’administration des administrés».

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here