Opération Bulldozer de SBM: plus de 800 familles menacées de démolition à N’Tabacoro

«Aucune maison ne sera plus démolie par les autorités à N’Tabacoro extension sud, dans le cadre de l’opération Bulldozer du Premier ministre Soumeylou Boubey MAÏGA», telle est la principale résolution de l’Assemblée générale du quartier, tenue ce dimanche 16 décembre 2018.

Ils étaient des centaines de personnes, majoritairement des jeunes et des femmes, à répondre, ce dimanche 16 décembre 2018, à l’appel de l’Association pour le développement de N’Tabacoro extension sud (ADNES), pour dénoncer les dérives de l’opération de démolition des constructions anarchiques, lancée par le gouvernement depuis le 5 décembre 2018 sur le site des logements sociaux de N’Tabacoro. Au terme de cette rencontre, les populations ont dit ‘’non’’ à l’opération Bulldozer du PM initié dans le cadre de la libération des voies d’accès des logements sociaux et qui menace de déborder, au risque de toucher les maisons construites sur les parcelles, pourtant régulièrement attribuées par la mairie de Kalabancoro.

Cette assemblée générale était présidée par Sory SAMAKE, président de l’association pour le développement de N’Tabacoro, en présence du président du parti SADI, l’honorable Oumar MARIKO, venu au secours de ces populations qui sont dans la tourmente face à cette opération en cours.

Selon les initiateurs de la rencontre, l’opération bulldozer déborde de loin les limites concernées.

Dans son introduction, Sory SAMAKE a souligné que dans cette affaire, il n’avait été question nulle part de démolir les concessions du village. Selon lui, il était surtout question de démolir les constructions anarchiques qui obstruaient les voies et les artères principales des logements sociaux.

Mais hélas, regrette le président de l’ADNSE, avec l’initiative du Premier ministre Soumeylou Boubeye MAIGA, il est maintenant question de démolir plusieurs autres concessions qui ne sont pourtant pas initialement concernées par l’opération.

Pour sa part, Issa DIALLO, propriétaire d’une des constructions jugées anarchiques, a estimé que les victimes doivent rester mobilisées derrière le président Sory SAMAKE qui est, selon lui, un homme de confiance. De même, le choix de l’honorable Oumar MARIKO, pour défendre leur cause, s’explique selon lui par son engagement car il est le seul homme politique capable d’aider les pauvres dans leur lutte.

A son tour, l’invité du jour, le Dr Oumar MARIKO, a rappelé que son combat contre l’injustice date depuis 1992 avec régime Alpha Oumar. Selon lui, ce sont les mêmes gens du même régime corrompu qui sont dans ce système pour s’accaparer des terres des pauvres depuis l’avènement de la démocratie.

A l’origine de ce phénomène d’accaparement, il a accusé des dirigeants corrompus qui sont à la solde des agences immobilières. «Une agence immobilière est faite par ses responsables pour se garantir et garantir l’avenir de leur fils et petits-fils avec des comptes bloqués», a expliqué le Dr Oumar MARIKO. Selon lui, la politique est l’expression condensée de l’économie. Et c’est pourquoi, ce régime fait tout pour s’enrichir afin de mieux exercer la politique.

En reprenant une citation du Premier Ministre, le Dr MARIKO dira qu’il est temps pour que chacun choisisse son camp. Pour ce faire, il a invité les victimes des dérives du régime et des différentes opérations de déguerpissement à se rassembler et à se mobiliser contre les injustices. «Je vous invite à vous regrouper et à vous organiser pour défendre vos droits», a-t-il conseillé aux populations de N’Tabacoro qui ne dorment plus que d’un œil aujourd’hui. Selon lui, cette mobilisation est la seule solution au problème de démolition de leurs maisons.

Pour le Dr MARIKO, il y a bien un lien entre l’accaparement des terres au profit des logements sociaux et la volonté de certains cadres du régime de s’enrichir afin de demeurer indéfiniment au pouvoir.

Devant un public acquis à sa cause, le Dr MARIKO a indiqué qu’il est clair qu’IBK et son PM Boubeye ne défendent que leur intérêt particulier et non celui du Mali. «La maison est notre abri, et celui qui te démolie ta maison veut ta mort, ton humiliation totale», s’est insurgé l’honorable Oumar MARIKO

Zoumana DIAKITE, un cadre de l’Etat à la retraite, a fait savoir que toutes les parcelles de cette zone ont été attribuées aux propriétaires entre 2005 et 2008. Aujourd’hui, il se dit surpris de voir lesquelles maisons Boubeye veut démolir. Pour lui, il est clair que les programmes de logements sociaux sont venus bien après ce lotissement.

Dans sa version des faits, il ressort qu’ils ont commencé tout d’abord par démolir les maisons sur la voie d’accès. Puis ensuite, c’est tout le village qui a commencé à être démoli.

Présent lors de cette rencontre, Ousmane LAH, promoteur de l’école Sahel a témoigné que les agents ont démolie son école prétextant que cet établissement est sur la route. Ainsi, a-t-il fait savoir, son école a été démoli le 5 décembre dernier pendant que les élevés étaient encore en classe.

Pour le Dr MARIKO, c’est la preuve que nos autorités n’ont aucun souci pour l’école. «Jugez-en vous-même : comment détruire une école en cette période en pleine année scolaire ?», a-t-il interrogé.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here