Général Castres: «Au Mali, la paix ne progresse plus»

L'ancien stratège des opérations extérieures françaises fait le constat d'un palier dans l'opération militaire française au Sahel, actuellement dans l'impossibilité de «déstabiliser» durablement «l'organisation» des djihadistes.

Pendant dix ans, le général Didier Castres a occupé certains des plus hauts postes de la hiérarchie militaire, à l'Élysée et à la Défense. À l'état-major des armées, entre 2009 et 2016, il a été le stratège des opérations extérieures françaises, de l'Afghanistan à la Centrafrique, en passant par le Mali. Fin août dernier, après avoir quitté l'uniforme, à 60 ans, cet officier des troupes de marine a voulu retrouver, «à hauteur d'hommes», l'Afrique qu'il n'a jamais cessé d'observer et d'aimer. Seul, sans aide de camp, sac au dos. Pour échapper au «saoulant bruit de fond» de ces années dans les hautes sphères politico-militaires et à «la tyrannie du temps». D'octobre à décembre dernier, son périple, un «Compostelle africain» dit-il, l'a mené à travers cinq pays - Maroc, Mauritanie, Sénégal, Guinée et Mali. Six mille kilomètres en bus, en taxi collectif, en benne de camion de travaux publics. «Jamais de trucs de Blancs», raconte le général Castres au Figaro. «J'ai voyagé comme ...

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here