Khefing Kanté : “Nous n’observons pas le mot d’ordre de grève car nous n’avons pas été consultés par l’UNTM”

19

Le secrétaire général de l’ANPE et de la Section syndicale des services de l’administration générale, Khefing Kanté, fait partie des secrétaires généraux qui n’observent pas le mot d’ordre de grève de l’UNTM. Kanté reproche au secrétaire général de la centrale d’ignorer les militants de base durant l’élaboration du cahier des charges.

Plusieurs services de l’administration générale n’observent pas la grève de 72 h déclenchée depuis le 9 janvier par l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM). Selon le secrétaire général de l’ANPE et de la Section syndicale des services de l’administration générale, Khefing Kanté, les responsables de la centrale syndicale n’ont pas associé les sections de base à l’élaboration du cahier des charges. Partant de ce constat, il a invité ses militants et des autres sections à se désolidariser du mot d’ordre de grève.

Khefing Kanté : “nous n’observons pas le mot d’ordre de grève car nous n’avons pas été consultés par l’UNTM. Si aujourd’hui cette grève échoue ce n’est pas la faute de Khefing et ses militants, la seule responsabilité incombe aux responsables qui animent l’Union nationale des travailleurs du Mali. Il faut le dire parce qu’il y a un silence, une certaine complicité entre les membres du bureau et le camarade Yacouba Katilé dont le mandat est terminé au Syntade depuis juin 2018. Nous avons les preuves, nous avons saisi qui de droit pour demander exactement de trancher cette question pour maintenir l’unité syndicale entre les militants”.

Le secrétaire général de l’ANPE et de la Section syndicale des services de l’administration générale accuse Yacouba Katilé et co de s’être adonnés à des manœuvres frauduleuses et honteuses lors du 13e congrès du Syntade pour empêcher sa candidature. “Yacouba Katilé a osé nous écarter des échéances électorales car j’ai déclaré ma candidature. Nous avons les preuves d’une fausse suspension, car il n’a aucune qualité pour nous suspendre. Si vous suspendez le responsable d’une section, vous suspendez la section, vous suspendez les militants de cette section. Nous le tenons responsable de cette division au sein du Syntade”, a déclaré Khefing Kanté.

Pas question de créer une nouvelle centrale syndicale ou UNTM II

Sur une possible création d’une nouvelle centrale syndicale, Kanté a coupé court aux rumeurs. “Tout sauf ça. Khefing Kanté est un militant de l’UNTM depuis la première heure et je rappelle que l’UNTM est considérée par mes militants et moi-même comme un patrimoine national qu’il faut obligatoirement préserver. Ils ont peur de mon combat pour asseoir les véritables valeurs de l’UNTM. Nous ne ferons jamais dos à ce patrimoine national”.

M. Kanté a aussi annoncé qu’il est ouvert au dialogue pour trouver une issue favorable à la crise. “Nous sommes ouverts au dialogue parce que le syndicalisme repose sur le dialogue. Nous n’avons jamais rompu le dialogue, mais parce que nous n’avons jamais été entendus, écoutés. On nous a condamnés en notre absence, on nous a toujours critiqués dans le dos. Ceux qui m’accusent et me condamnent aujourd’hui ne m’ont jamais entendu officiellement”.

Selon lui, son combat est une lutte noble pour faire éclore la vérité devant le peuple malien. “Nous ne voulons pas la place de quelqu’un, nous voulons faire valoir les valeurs au sein de l’UNTM qui a tout fait pour nous donner la liberté syndicale, qui a tout fait pour asseoir la démocratie au Mali. Malheureusement, même les plus grands criminels du monde ont eu droit à des procès équitables et justes, mais moi Khefing, je n’ai jamais été entendu sur la tribune de la vérité et de la justice”, a-t-il déploré.

Y. Doumbia

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here