Un proche d’IBK investit 13 milliards CFA dans sa ferme aux dépens du service qu’il dirigeait

Cet ex-directeur général, à la retraite depuis quatre ans, a réussi à blanchir l’argent qu’il a volé à l’Etat, en devenant propriétaire d’université, actionnaire dans plusieurs entreprises créées en complicité avec des opérateurs économiques, d’immeubles à l’intérieur et à l’extérieur du pays et d’une ferme ultra-moderne…

Même à la retraite, il n’en continue pas moins de diriger ce service considéré, par dessus le marché, comme le plus gros pourvoyeur du Trésor public en argent frais.

Enrichissement illicite

Proche d’IBK, qui a fait de lui son consultant pour tout ce qui relève de ce service au sein duquel il a gravi tous les échelons jusqu’au poste de directeur général, ce désormais ex- futur patron n’en continue pas moins de diriger son ancien service de main de maître.
C’est lui qui propose, à IBK, les noms des futurs directeurs généraux et leurs principaux collaborateurs… Choisis en fonction de ses accointances avec eux, ces derniers lui retournent l’ascenseur, chaque fin de mois, à travers de « grosses enveloppes ».
Convaincus que le seul vrai patron de cette administration c’est lui, les opérateurs économiques se rendent, directement, à son domicile pour parler « affaire » avec lui.

A l’issue desquelles négociations nocturnes, il donne ses instructions au directeur général du service, à sa solde, pour exécution.
C’est ainsi qu’il s’est, bougrement, enrichi. Non pas en centaines de millions de nos francs, mais en dizaines de milliards CFA.

Blanchiment d’argent sale

Pour blanchir cet argent mal acquis et, du coup, se garer des mouches, il l’a investi dans des universités privées, des immeubles à l’intérieur et à l’extérieur du pays, dans des entreprises comme actionnaire… mais surtout, dans une ferme ultra-moderne.
Située dans le Mandé, à quelques encablures de la frontière guinéenne, cette ferme est, selon ses visiteurs, l’une des plus modernes d’Afrique de l’Ouest. Ses investissements sont estimés à 13 milliards CFA. Elle est placée sous la surveillance d’une soixantaine de caméras. Et abrite des dizaines de millions de pondeuses, de poulets de chair, de vaches, de moutons de race et d’oiseaux rares…
Autre spécificité de cette ferme : elle produit des centaines de tonnes de poisson par mois.
De sa somptueuse résidence américaine, le richissime retraité – qui continue, pourtant, de gérer son ancien service comme le champ de gombo de sa grand-mère – surveille les travailleurs de sa ferme à travers ses 60 caméras.
Une anecdote, en passant : il y’a quelques jours, il aurait licencié deux employés de la ferme, accusés de « faire semblant de travailler ». Sans droits.
Dernière acquisition de ce retraité qui n’en est pas un : une usine de séchage de poisson, dont la publicité passe, chaque jour, sur Africable.
Enregistrée au nom de son épouse, cette usine est chargée de conditionner le poisson issu de sa ferme.
Un cas typique d’enrichissement illicite, auquel l’OCLEI (Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite) devrait s’intéresser.
Nous y reviendrons !

Oumar Babi

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here