Défense et sécurité: la société civile aux commandes

Promouvoir l’intégrité, la transparence et la redevabilité, c’est la mission que se fixe le Forum des organisations de la société civile (OSC) maliennes impliquées dans le secteur de la défense qui a adopté, jeudi dernier, à la Maison de la presse, ses mécanismes constitutifs.

Dans le cadre du Projet UDF-16-696-MLI, financé par le Fonds des Nations Unies pour la Démocratie(FNUD/UNDEF), le Cercle de Réflexion et d’Information pour la consolidation de la démocratie au Mali (Cri-2002) et Transparency International Programme Défense et Sécurité (TI DS) travaillent au renforcement des capacités de la société civile malienne à plaider en faveur d’une plus grande redevabilité et d’une plus grande transparence dans le secteur de la défense, ainsi qu’à la création d’un espace afin d’y parvenir. Ce processus se déroule en deux phases.

La première consiste à renforcer la compréhension des organisations de la société civile malienne des risques de corruption dans le secteur de la défense et à élaborer une stratégie sur mesure pour influencer les réformes dans ce secteur.

La deuxième phase visera à mettre en œuvre la stratégie des OSC à plaider en faveur de réformes systémiques visant à améliorer la gouvernance dans le secteur de la défense, auprès des parties prenantes de la défense maliennes.

C’est dans le développer et de mettre en œuvre cette stratégie, que le Projet propose la création d’un Forum des OSC maliennes impliquées dans le secteur de la défense.

Ce Forum, créé sur initiative de CRI-2002 et de TI-DS dans le cadre de la mise en œuvre du Projet, est non gouvernemental, apolitique et non confessionnel, exerce son action et mène ses activités en usant de tous les moyens légaux nécessaires à la réalisation de sa mission qui est de : rassembler les Organisations de la Société Civile travaillant autour des questions de gouvernance et de redevabilité dans le secteur de la défense et sécurité ; développer les textes et les mécanismes de fonctionnement du Forum ; développer et mettre en œuvre une stratégie d’engagement public avec le Gouvernement et les institutions relatives au secteur de la défense; développer des recommandations en matière de gouvernance et de redevabilité dans le secteur de la défense et sécurité ; piloter le dialogue avec le Gouvernement et les institutions relatives au secteur de la défense autour des questions de gouvernance et de redevabilité dans le secteur de la défense et sécurité ; organiser un plaidoyer pour que ces recommandations soient prises en compte, et en charge, dans le cadre des réformes ; piloter, et mettre en œuvre la campagne médiatique.

L’objectif de la Journée d’engagement public (JEP) de jeudi dernier était : procéder à l’opérationnalisation du FOSC-DS, notamment à travers l’adoption de ses projets de textes constitutifs (statuts et règlement intérieur), et sécuriser l’adhésion et l’engagement pérenne de ses membres ; organiser un plaidoyer pour que les résultats, conclusions et recommandations, formulés soient pris en compte, dans le cadre des reformes, et que la Campagne Médiatique soit pilotée, et mise en œuvre par le FOSC-DS.

En souhaitant la bienvenue à la quarantaine de participants de Bamako et de l’intérieur du pays représentant les organisations de la société civile et les médias, le président de CRI 2002, Dr Abdoulaye SALL, a fait état de sa vive préoccupation face à la dégradation de la situation sécuritaire, la déchirure de la société.

Il a souligné que la Défense et la sécurité ne se résument pas aux Forces armées et de sécurité, mais qu’elle concerne également la personne humaine. Tout comme, a-t-il poursuivi, la gouvernance inclusive du territoire nécessite la participation de tout le monde.

Dr SALL a rappelé avec force insistance que si la Communauté internationale est présente pour nous aider, il n’en demeure pas moins qu’elle ne nous remplacera pas et ne combattra pas à notre place.

Quant à Julien JOLY, représentant de TI-DS, il estime qu’à cette phase du Projet, la société civile prend la place du chauffeur, en ce qui est de la promotion de l’intégrité, de la transparence et de la redevabilté.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here