Révision constitutionnelle, tenue du referendum dans deux mois : Soumeylou Boubèye Maiga se lance de nouveaux défis

L’Alliance « Ensemble Pour le Mali » (EPM) a tenu le week-end dernier ses premières assises autour des thématiques qui sont présentement d’actualité dans notre pays, à savoir : « La Constitution du 25 février 1992 à l’épreuve de 27 ans de pratique démocratique » ; « Présentation et point de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger » ; « Regards croisés entre la constitution du 25 février 1992 et l’accord pour la paix et la réconciliation ». Placée sous la présidence de Bocari Tréta, la cérémonie d’ouverture a enregistré la présence du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maiga, du chef de la MINUSMA, Mohamed Saleh Annadif.

SOL'R Energy Mali

Initiées par l’Alliance dans le but de contribuer au toilettage de l’exercice démocratique dans notre pays, ces assises, premières du genre, avaient pour but de renforcer la cohésion sociale, la paix et la stabilité au Mali. Toutes choses qui nécessitent que nous nous donnions la main pour consolider les acquis. Ces travaux ont été un cadre d’échanges d’idées et de débats francs dans la recherche des voies et moyens pour la satisfaction des attentes des Maliens. Occasion pour le chef de la MINUSMA, Mohamed Saleh Annadif, qui trouve les thèmes opportuns eu égard à l’actualité brulante au Mali, principalement caractérisée par le vaste chantier des réformes politiques, institutionnelles et électorales que le chef de l’Etat a annoncé depuis son investiture et dont la révision constitutionnelle représente la colonne vertébrale, de rappeler que le sujet de la révision constitutionnelle continue à susciter légitimement de nombreuses interrogations, préoccupations et parfois passions. Toutefois, dira-t-il, il est essentiel de se rappeler que les constitutions sont l’expression de la volonté des peuples à un moment précis de l’histoire. Elles organisent aussi bien le pouvoir que la consécration des droits et des libertés individuelles et collectives du citoyen. « Aussi, le Mali tournera une page importante de son histoire et de son ère démocratique en faisant en sorte que les insuffisances et les lacunes du passé servent résolument à aller vers le développement durable et le progrès partagé à travers cette révision constitutionnelle », dira M. Annadif.

« La révision constitutionnelle est d’intérêt pour notre pays….. Nous allons au referendum d’une manière consensuelle en mars et les législatives dans le mois de mai »

Ces propos sont du Premier ministre Soumeylou Bounbèye Maiga, qui a tenu d’aller manifester l’intérêt que le gouvernement accorde à la thématique de la révision constitutionnelle au Mali. Pour le Premier ministre, les réformes institutionnelles envisagées constituent une exigence pour le peuple malien, compte tenu de la situation du pays. Pour lui, il est nécessaire pour notre pays d’aller au référendum. La constitution du 25 février 1992 a été élaborée lors d’une conférence nationale et doit être révisée afin d’adapter certaines de ses dispositions à la situation actuelle. Au-delà de ces lacunes du temps, la crise de 2012 est également l’une des raisons fondamentales pour notre pays d’aller au référendum, tout comme la mise en œuvre effective de l’accord pour la paix et la réconciliation passe forcément par la révision. « C’est pourquoi, sous le leadership du Président de la République, le gouvernement engagera au mois de mars, cette révision constitutionnelle afin de mieux préparer les législatives, prévues en mai prochain », fera savoir le Premier ministre, convaincu que 2019 sera une année de grands chantiers institutionnels et électoraux pour notre pays. Et le Président de l’Alliance « Ensemble Pour le Mali », Dr Bocary Treta, de préciser qu’il ne s’agit point, en termes d’approche, de dispenser des cours magistraux sur le droit constitutionnel, mais de tirer des leçons des difficultés rencontrées compte tenu des nombreuses tentatives infructueuses de révision constitutionnelle, y compris celle de 2017. « Il s’agira en réalité de faire preuve d’innovation, d’approches, en vue de trouver des solutions idoines pouvant emporter l’adhésion de toutes les forces vives de la nation au projet », dira-t-il.

Après donc la tenue des élections présidentielles avec brio, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga se lance de nouveaux défis, à savoir réussir la révision constitutionnelle à travers la tenue du reférendum dans seulement deux mois, et ensuite tenir les législatives d’ici fin mai ? Saura-t-il relever ces défis ? Attendons de voir.

Salif Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here