Présidentielle au Sénégal : Karim Wade et Khalifa Sall sont désormais écartés de la liste de candidature

Ce lundi 14 janvier 2019, les sept sages du Conseil constitutionnel ont publié la liste des cinq candidatures validées pour la présidentielle du 14 février 2019. Une liste sur laquelle les noms de Karim Wade et de Kalifa Sall ne figurent guère.

Le conseil constitutionnel a validé cinq dossiers  de candidature déposés en décembre. Parmi ces cinq candidatures, il nous convient de citer entre autres: Celle du président sortant Macky Sall (coalition Benno Bokk Yakaar), d’Ides Sall (PUR), d’Ousmane Sonko (pastef), de Madické Niang (dissident du PDS) et d’Idrissa Seck. Par contre, celles de Karim Wade et de Kalifa Sall sont écartées. Pourtant leurs dossiers de parrainages  avaient été validés au premier examen. Mais pourquoi avoir rejeté les dossiers de ces candidats? Quant au rejet des dossiers de Monsieur Sall, les juges du Conseil constitutionnel s’appuient sur la condamnation de l’ancien maire de Dakar à cinq ans de prison ferme et du paiement de 5 millions de FCFA d’amende le 30 aout 2018.  Le maire de Dakar est accusé d’escroquerie au denier public.

« Lorsqu’un citoyen est condamné à une peine impliquant sa radiation des listes, il est frappé d’une incapacité électorale qui a pour effet de le priver de son droit de vote », écrivent les sept sages de la cour constitutionnelle avant d’ajouter :  « Khalifa Sall ne peut plus se prévaloir de la qualité  d’électeur. »  Ce document finit par préciser davantage: « Il y a lieu de déclarer la candidature de Khalifa Ababacar Sall irrecevable. »

Presque le même motif a été évoqué par les sages du Conseil constitutionnel qui rappelle la condamnation de Karim Wade,  fils de l’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, à six ans de prison ferme, le 23 mars 2015.  Cette décision ne l’a pas privé de ses droits, martèle la défense de l’accusé. Et d’autre part, selon le Conseil constitutionnel, la candidature de Karim Wade est invalidée, car il y avait « L’absence de la photocopie légalisée de la carte d’identité biométrique CEDEAO faisant office de carte d’électeur. » Un tel document a été bel et bien déposé, mais la carte dont la photocopie est produite comporte la mention « personne non-inscrite sur le fichier », précisent les juges qui soulignent  également : « Les dossiers ne portent pas le numéro de la carte d’électeur de Karim Wade ». En conséquence, ses dossiers ne pouvaient qu’être rejetés, car  « en l’absence dans le dossier de toute autre mention permettant de déterminer ce numéro, la déclaration de candidature n’est pas valable », martèle les sages de la cour.

Allons-nous parler d’humiliation pour Karim Wade ou de négligences de sa part? Tout compte fait, il est impossible de comprendre qu’un futur chef d’État oublie de mieux vérifier ses dossiers. Où se situe alors l’erreur ?

Quand bien même, selon l’article L122 du code électoral, les candidats écartés ont désormais 48 heures pour déposer un recours devant le Conseil constitutionnel, lit-on dans Jeune Afrique.

Djeneba Touré, stagiaire

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here