Mali: l’ONU impatiente face aux retards pris dans l’accord de paix

Nations unies (Etats-Unis), - Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU sont "de plus en plus impatients" à l'égard des parties maliennes face aux retards pris dans l'application de l'accord de paix de 2015, souligne mercredi une déclaration unanime adoptée à l'issue d'une
réunion sur le Mali.

S'ils "saluent la mobilisation du Premier ministre en faveur de l'application de cet accord", ils "appellent toutes les parties maliennes à unir leurs efforts après la réélection du président (Ibrahim Boubacar) Keïta et à travailler ensemble à la promotion d'une paix durable et des droits de l'homme", précise le texte.

Les membres du Conseil "exhortent le gouvernement du Mali et les groupes armés de la Plateforme et Coordination à prendre des mesures immédiates et concrètes pour mettre en oeuvre de manière effective les dispositions clés restantes de l'Accord" non appliquées, affirme la déclaration.

Le désarmement et la décentralisation figurent parmi les dispositions non encore pleinement appliquées.

Le texte rappelle les premières sanctions de l'ONU prises en décembre
contre trois individus faisant obstacle à l'accord de paix, mais ne va pas
jusqu'à menacer d'en prendre de nouvelles si l'échéance fixée par l'ONU à mars
pour l'application pleine de l'accord de paix n'est pas respectée. Les membres
du Conseil "sont de plus en plus préoccupés par la détérioration continue de
la situation sécuritaire dans le centre du Mali", indique leur texte.

"En l'absence de progrès significatifs", le secrétaire général de l'ONU
Antonio Guterres sera amené à "proposer des options pour une adaptation
importante de la (force de paix de l'ONU) Minusma à l'expiration de son
mandat" fin juin, rappelle la déclaration du Conseil.

Lors d'une discussion publique, l'ambassadeur français François Delattre a
menacé les parties maliennes de futures nouvelles sanctions, mais son
homologue russe Vassily Nebenzia a estimé qu'elles iraient à l'encontre d'un
renforcement du processus pacifique.

Les Etats-Unis ont menacé de leur côté de revoir à la baisse le format de
la Minusma (13.000 Casques bleus) si les progrès n'étaient pas plus
substantiels.

Malgré la Minusma, une forte présence militaire française et la création de
la force militaire régionale G5-Sahel, les violences jihadistes persistent au
Mali et se sont même propagées vers le centre et le sud du pays, ainsi qu'au
Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits
intercommunautaires.
prh/leo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here