Non-Assistance des déplacés du centre A NIAMANA-DJALAKOROBOUGOU: Le mépris du gouvernement face à un désastre humain

Forcées de quitter leur terre natale, des centaines de personnes venues du centre du pays qui ont élu domicile à Niamana et Djalakorobougou ne se sentent pas concernées par l’action sociale du gouvernement. Au milieu d’un parc à bétail dans des conditions peu enviables, les déplacés n’ont jusque-là bénéficié d’aucune assistance du ministère en charge de l’Action sociale.

Niamana et Djalakorobougou sont des quartiers situés à une dizaine de kilomètres du centre-ville de Bamako. Ils sont devenus le centre d’accueil des populations déplacées des zones affectées par les conflits communautaires au centre du Mali. Ces déplacés sont estimés, selon les témoignages, à plusieurs centaines de personnes. «Nous sommes 273 personnes à Niamana et Djalakorobougou. Dans cet effectif, il y a 40 orphelins. Nous sommes obligés de cohabiter au beau milieu d’un parc à bétail », explique Amadou Dia.

Pour notre interlocuteur, ils ont été tous contraints d’emprunter le chemin de la capitale. « Nous avons perdu tout à cause des conflits communautaires au centre du pays. Je suis un habitant de Koumbogourou. Notre village est situé à une quarantaine de km de Bankass. Les chasseurs ‘’dozos’’ ont détruit tout chez nous. Nous n’avons pas de problèmes avec les dogons », indique Hamadi Barry, un vieil homme d’une soixantaine d’années, ajoutant que le maire de leur commune est dogon. « C’est un homme au cœur généreux qui a assuré notre sécurité jusqu’à Bankass. Ce sont les djihadistes qui veulent mettre notre vivre ensemble en cause », dénonce-t-il. Et M. Barry de poursuivre : « A Koumbogourou et environs, plusieurs dizaines de personnes ont trouvé la mort; des déplacés et réfugiés se comptent par milliers. Toute notre économie est partie en fumée…»

pub

Selon Mahamadou Traoré, ces personnes sont venues, pour la plupart, après les évènements de Kolongo, le 1er janvier, qui ont fait 37 morts. « Cela fait près de deux semaines que ce camp de déplacés improvisé au ‘’Garbal’’ (marché à bétail) de Niamana est sur place, mais ils ne bénéficient d’aucune assistance de la part des pouvoirs publics. Même si le gouvernement n’a pas été en mesure de nous sécuriser dans nos localités respectives, à Bamako il devrait venir en aide aux victimes. Mais depuis notre arrivée, aucune action concrète…», déplore-t-il.

Aux dires du sieur Traoré, seules quelques organisations humanitaires et hommes politiques font parler leur cœur. Parmi lesquels Tapitalpulaku et le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé. «C’est Tapitalpulaku qui assure le logement ainsi que la restauration. Nous n’avons rien. En plus, Soumaïla Cissé a remis un million de francs CFA. Nous sommes conscients des défis, mais nous restons des citoyens victimes, que le gouvernement devrait secourir », reproche Mahamadou Traoré.

La situation, estime le chef de file de l’opposition, est intolérable. «Il faut que les Maliens expriment leur élan de solidarité en faveur des nécessiteux. Les conditions de logement laissent à désirer, même la prise en charge des enfants…», dénonce Soumaïla Cissé.

Le député élu à Niafunké, non moins président de l’URD, a ensuite invité les populations des zones affectées par les conflits intercommunautaires à ne pas tomber dans l’amalgame.

Zan Diarra

Soleil Hebdo du jeudi 17 janvier 2019

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here