Coupe CAF : Le stade malien, ça passe ou ça casse

10

Tenus en échec 1-1 au stade Modibo Keïta, les Blancs sont condamnés à l’exploit pour renverser
la vapeur face à Petro Atlético qu’ils affrontent, demain à Luanda, au compte des barrages retour de la C2
Le Stade malien joue son avenir en coupe CAF, demain à Luanda. En match retour des barrages, l’unique représentant malien encore en lice dans les compétitions africaines des clubs affronte Petro Atlético pour une place en phase de poules. Tenus en échec (1-1), à l’aller disputé au stade Modibo Keïta, les Blancs sont condamnés à s’imposer ou obtenir un nul d’au moins 2 buts pour être sûrs de décrocher le précieux sésame.
Pour ce faire, il a trois scénarios possibles pour l’entraîneur Nouhoum Diané et ses joueurs. Le premier, c’est la victoire, le deuxième, le match nul de deux buts ou plus et le 3è, le nul (1-1) et la qualification aux tirs au but. Tout autre résultat sera synonyme d’élimination pour l’équipe de Sotuba. C’est donc un match du quitte ou double pour le Stade malien. Autrement doit, soit ça passe, soit ça casse.
Question : les Blancs ont-ils les moyens de renverser la situation à Luanda ? Sans jouer à l’oiseau de mauvais augure on peut en douter. Et pour cause, depuis le début de cette campagne africaine, les Blancs ne sont pas parvenus à prouver qu’ils peuvent rivaliser avec l’élite. Une large victoire 4-0 contre la modeste formation centrafricaine, lors des préliminaires et c’est tout. Contre l’ASEC Mimosas au premier tour de la Ligue des champions, l’équipe a été battue en aller-retour (2-0 sur l’ensemble des deux confrontations, synonyme d’élimination) et face à Petro Atlético, elle n’a pu faire mieux qu’un nul 1-1 à domicile.
Disons-le sans ambages, le bilan des protégés de Nouhoum Diané est maigre et n’incite pas à l’optimisme. S’il y a un point positif à noter dans le parcours des Stadistes depuis le début de cette campagne africaine, c’est le fait que l’équipe parvient toujours à se créer des occasions. Lors de la double confrontation avec les Ivoiriens, comme face aux Angolais, lors des barrages aller de la coupe CAF, le canonnier Moussa Koné et ses coéquipiers ont obtenu un nombre incalculable d’occasions qu’ils n’ont pu concrétiser. La faute, à un manque de concentration dans le dernier geste et au manque de répondant physique des joueurs. Des lacunes qui ne pardonnent pas dans les compétitions de haut niveau.
Contre les Angolais, les Stadistes ont marqué sur un tir manqué de Mamadou Coulibaly qui s’est transformé en passe décisive pour Aly Badra Sylla (24è min). A l’inverse, le but des visiteurs est survenu, suite à une action bien élaborée, un centre de Ricardo Job pour Vladimir Etson, dont la reprise de la tête au 2è poteau s’est logée au fond des filets de Djigui Diarra (31è min). Pour cette manche retour, les Stadistes doivent d’abord s’employer à corriger ses faiblesses, hausser le niveau de leur jeu et, surtout, faire d’épreuve d’efficacité devant les buts.
Les occasions risquent d’être rares pour cette manche décisive et les Blancs seront bien inspirés de revoir la copie du match terne qu’ils ont livré au stade Modibo Keïta. En football, rien n’est impossible et l’avantage pour les Blancs, si avantage il y a, c’est le fait qu’il n y a plus de calculs à faire. Nouhoum Diané et ses joueurs savent que la victoire est impérative et l’équipe doit se battre pour ça. Si le keeper-capitaine Djigui Diarra et ses coéquipiers se qualifient, ils deviendront comme des héros, le cas échéant, ils sortiront par la petite porte.
La manche retour de demain sera officiée par l’arbitre sénégalais, Issa Sy, assisté de ses compatriotes, El Hadji Abdoul Aziz Guèye et Amadou Ngom.
Ladji M. DIABY

Samedi 19 janvier au stade du 11 novembre
15h : Petro atlético-Stade malien

CAN U20 : LES AIGLONS AVEC HUIT EXPATRIES

Le sélectionneur national, Mamoutou Kané «Mourlé» a mis fin au suspense. Le technicien a rendu public le nom des 21 joueurs retenus pour la CAN U20, Niger 2019 (la composition se déroulera du 2 au 17 février). Comme il fallait s’y attendre, le technicien a fait appel à quelques expatriés pour renforcer l’équipe : Ousmane Diakité (Liefering, Autriche), Mohamed Camara (Mattersbourg, Autriche), Sékou Koïta (Wolfsberger AC, Autriche), Abdoulaye Diaby (Royal Antwerp, Belgique), Mamadou Samaké (Standard Liège, Belgique), Lassana N’Diaye (CSKA Moscow, Russie), Amadou Diarra (Cultural y Deportivo, Espagne) et Youssouf Koïta (le gardien de l’ASB a récemment signé à Gérone, en Espagne).

L’effectif des Aiglons compte donc huit joueurs expatriés, contre treize éléments locaux. Les 21 mousquetaires tenteront de devenir les premiers footballeurs maliens de la catégorie des juniors à soulever le trophée continental, lors de cette CAN, Niger 2019. Pour réaliser ce rêve, les protégés du sélectionneur national Mourlé devront d’abord franchir le premier tour, en terminant à l’une des deux premières places de leur groupe qui comprend également le Sénégal, le Burkina Faso et le Ghana. La poule sera basée à Maradi, la deuxième ville du Niger, située à environ 600km de la capitale, Niamey.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here