Front social: l’UNTM dépose un nouveau préavis de grève

Malgré sa rencontre avec le Premier ministre Soumeylou Boubeye MAIGA ce mercredi 16 janvier 2019, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) vient de déposer, sur la table du ministre du Travail, un nouveau préavis de grève de 120 heures, soit 5 jours d’arrêt de travail. Cette décision a été prise à l’issue de la réunion du bureau exécutif de la centrale syndicale, de ce jeudi 17 janvier 2019, à la Bourse du travail.

« Chat échaudé à peur de l’eau froide », dit-on. En tout cas, c’est ce qui semble expliquer le climat de méfiance actuel entre le gouvernement et ses partenaires de l’UNTM. Et pour cause ? Malgré le fait que ses responsables aient été reçues ce mercredi 16 janvier 2019 à la primature, l’Union nationale des travailleurs du Mali(UNTM) décide d’une grève de 120 heures allant du lundi 11 au vendredi 15 février 2019 à 00 heure sur toute l’étendue du territoire national si ses doléances ne sont pas satisfaites. En effet, aucun communiqué officiel n’avait sanctionné cette rencontre entre les deux parties. Il nous revient toutefois que le gouvernement avait cédé sur plusieurs points de revendications contenus dans le cahier de doléances de la centrale, au cours de cette audience. Estimant qu’un cadre formel de dialogue n’y était pas au rendez-vous, les responsables de l’UNTM n’ont pas voulu accorder trop de crédit aux promesses faites par le Premier ministre. Malgré les assurances données par ce dernier, le bureau exécutif national de l’UNTM a jugé nécessaire de consulter sa base avant de faire connaitre sa décision. Elle est tombée ce jeudi comme un couperet : la centrale décide d’aller à nouveau en grève de 120 heures après celle réussie de 72 heures la semaine dernière. Un préavis a été déposé, dans ce sens, sur la table du gouvernement.

Faut-il voir dans l’acte de la centrale, un pied de nez au Premier ministre, dont l’initiative avait pour objectif de désamorcer cette crise de confiance et surtout maintenir le dialogue social ?

La réponse est négative pour certains observateurs qui pensent que le présent préavis est une manière pour les syndicalistes de mettre la pression sur le les plus hautes autorités enfin de formaliser ses engagements vis-à-vis des travailleurs.

Pour rappel, l’UNTM revendique la satisfaction de 12 points, entre autres : l’octroi d’une nouvelle grille indiciaire dans la fonction publique, l’amélioration de la grille salariale appliquée dans le secteur privé conformément aux pourcentages obtenus dans la nouvelle grille des fonctionnaires ;

Établissement de l’égalité des âges de départ à la retraite dans la fonction publique, et le secteur privé, ce, à partir de janvier 2018.

Il s’agit aussi de l’adoption d’une politique véritable assurant la garantie des emplois, notamment lors des recrutements par les Bureaux de placement d’une part et d’autre part par la protection des productions de nos unités industrielle. La relance du chemin de fer, extension de la prime de zone à de nouvelles zones à risque, l’adoption d’une politique de recrutement massif des jeunes figurent aussi au centre des préoccupations de la centrale.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here