Mali : réactions autour de l’intégration des ex rebelles dans l’armée

Le communiqué conjoint des ministères de la Cohésion sociale, de la Paix et de la réconciliation nationale, de la Défense et des Anciens Combattants et celui de la sécurité et de la protection sociale invitant les déserteurs de l’armée à se faire enregistré suscite des réactions.

Le 18 janvier deux mouvements mouvements armés ont réagi au communiqué des ministères maliens de manière différents. Le premier le conteste et le second est favorable à l’annonce.

La CMA , dans un communiqué dit avoir appris la nouvelle par communiqué. Elle a donné sa position dans ce sans.

« La Coordination des Mouvements de l’Azawad informe l’ensemble de ses militants que ce communiqué ne l’engage pas et se conforme aux strictes dispositions du décret actuellement à l’état de projet qui fixera les modalités de l’armée reconstituée en voie de finalisation reclassement des ex-combattants anciens membres des corps constitués de l’Etat, y compris les forces de défense et de sécurité qui serait à même de régir le statut définitif des éléments concernés », selon un document fait à Kidal, qui porte le nom de Eouari Ibrahim Ag Eouegh.

Par ailleurs la convention des mouvements de l’Entente (CME), qui regroupe cinq groupes armés donne une réaction favorable. Le président en exercice Boubacar Ould Taleb a transféré à la rédaction un communiqué signé et daté par lui même au nom du mouvement.

« La CME appelle les combattants libérés de leurs fonctions aux seins des mouvements à se faire enregistré au Plus tard le 28 janvier dans les régions militaires suivantes : Bamako, Gao, Tombouctou, et Kidal. », peut-on lire sur le document dont nous avons reçu la copie.

Les trois ministères cosignataires du communiqué du gouvernement malien , conformément aux dispositions prises dans l’accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger ont invité les militaires anciennement membres des forces de défense et de sécurité à se faire enregistrer au plus tard le 15 janvier dans les régions militaires, les plus proches.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here