Télécommunications : Le RECOMATEM dénonce les services «Zèrè» et «Paani» d’Orange Mali et de Sotelma Malitel

42

Depuis quelques années, les opérateurs télécoms au Mali ont développé un système de vente de crédit par volume communément connu sous les appellations de «Zèrè» pour Orange et de «Paani» pour Malitel. Ce système qui est, de plus en plus, prisé par les consommateurs de téléphonie mobile, est aujourd’hui décrié par le réseau malien des consommateurs du secteur des télécommunications (RECOMATEM), en raison du manque à gagner qu’il cause à l’économie malienne.

Aujourd’hui, la vente de crédits en volume ou « Zèrè » est utilisée au Mali par tous les opérateurs télécoms au Mali (Malitel, Orange Mali et Télétel). Cela, au détriment de la vente de cartes prépayées qui est profitable à l’Etat dans la mesure où sur chaque carte prépayée vendue, l’Etat perçoit une redevance. Contrairement au système Zèrè qui échappe totalement au contrôle du régulateur des télécoms et par ricochet aux impôts.

Selon le président du Recomatem, les opérateurs télécoms tirent plus de profits à travers zèrè ou Paani, c’est pourquoi, ils orientent plus les consommateurs vers ce nouveau système en leur incitant par des promotions intempestives. Au même moment, peu de cartes prépayées sont imprimées. Pour lui, le système Zèrè qui échappe à l’imposition du fait du manque de contrôle du régulateur, constitue une perte considérable pour l’économie malienne. C’est une réalité connue de toutes les autorités, y compris l’autorité malienne de régulation de la télécommunication (AMRTP), laquelle s’est toujours caractérisée par son laxisme face à la délinquance des opérateurs télécoms.

Maintes fois interpellée par rapport aux nombreuses violations des textes par les sociétés télécoms, les responsables de l’AMRTP ont toujours montré leur incapacité à réguler, comme il se doit, le secteur et cela, au détriment de l’économie malienne.

«Nul ne sait exactement combien d’argent échappe au fisc malien à travers la vente de crédit par volume ou Zèrè, mais ce sont des dizaines de milliards de franc CFA. Parce que Le régulateur malien n’a aucune idée sur le système Zèrè», a déploré le président du RECOMATEM, Dr Adama Traoré.

Aux dires du président du Recomatem, le laxisme de l’AMRTP face à cette situation peut s’expliquer par le fait que qu’elle n’arrive pas à s’adapter à l’évolution technologique des opérateurs télécoms. Pour inverser cette tendance, l’AMRTP a besoin des responsables intègres qui mettent l’intérêt général au-dessus des intérêts personnels. A l’AMRTP, nul n’ignore que les intérêts personnels priment sur l’intérêt général. Et ce n’est pas une surprise si cette institution est aujourd’hui à la merci des opérateurs télécoms. Le mutisme et le comportement peu orthodoxe des responsables de l’AMRTP donnent raison à ceux qui pensent qu’ils sont au service des sociétés télécoms au détriment de l’intérêt national.

«Au Mali, les opérateurs télécoms et surtout Orange Mali est en terrain conquis. Le régulateur malien est bel et bien à la merci d’Orange Mali. C’est ça la réalité aujourd’hui», a déploré notre interlocuteur.

En attendant que le régulateur prenne conscience de l’incivisme des opérateurs télécoms, le Recomatem invite les populations maliennes à privilégier l’utilisation des cartes prépayées afin de minimiser les dégâts. Aussi, Le réseau entend organiser, très prochainement, des campagnes d’information de masse dans ce sens. Au cours de ces campagnes, les populations maliennes, seront éclairées sur toutes les formes d’arnaques dont elles font l’objet de la part des sociétés des télécoms.

La scandaleuse question de facturation du répondeur sera évoquée au cours de cette campagne de sensibilisation. Le Recomatem entend dépoussiérer le dossier de l’affaire «Douba» suite à laquelle Orange Mali a été condamnée à payer 0 l’Etat malien 18 milliards FCFA. Mais à ce jour, seulement 6 milliards ont été payés. Le régulateur, ni la justice ne pipe mot par rapport au reliquat de 12 milliards FCFA qu’Orange doit à l’Etat malien.

«Nous, en tant que société civile allons reprendre le combat pour réclamer le reliquat de 12 milliards. Si ce n’est au Mali, partout dans le monde, quand le régulateur sanctionne un opérateur, la décision est exécutoire à la minute. Mais au Mali Orange a tenu tête au régulateur à cause du laxisme de la justice malienne. Le Recomatem ira au bout pour tirer cette affaire au claire » a promis le président de la Recomatem.

Aboubacar Berthé

Source : Le Serment Du Mali

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here