Accusée de ne rien apporter à l’Economie Malienne : La Minusma se défend

La mission onusienne contribue à l’économie nationale à hauteur de 28 milliards de FCFA, a affirmé Olivier Salgado, lors du point de presse hebdomadaire de la mission. La déclaration est une réponse à des confères maliens qui accusent la Minusma de préférer des entreprises étrangères pour l’exécution de ses marchés aux entreprises locales.

La semaine dernière, plusieurs articles de presse accusaient la MINUSMA de rouler contre l’économie nationale, tout en démontrant que les entreprises privées maliennes sont gelées dans l’exécution des marchés de ladite Mission. Il ressort de ces articles de presse que la mission onusienne a une préférence pour les entreprises étrangères au détriment de celles maliennes.

Des responsables de la MINUSMA n’ont pas tardé de réagir à ces productions. A l’occasion de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSMA, tenue le jeudi dernier, M. Olivier Salgado a affirmé que c’est une contrevérité de dire que leur structure n’apporte rien à l’économie malienne. Il a avancé des chiffres et les valeurs des bons émis aux vendeurs maliens les deux dernières années.

Ainsi, entre juillet 2017 et mars 2018, la valeur des bons de commande émis aux vendeurs maliens s’élève à 49.160.770,50 dollars US, soit plus de 28 milliards de FCFA. Ce montant est légèrement en baisse de 8 milliards FCFA par rapport à la période du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017, au cours de laquelle il a été émis des commandes à des vendeurs maliens estimées à 62.493.235,72 dollars, soit près de 36 milliards de francs CFA.

En outre, selon M. Salgado, la MINUSMA contribue à la création de valeurs ajoutées à l’économie et à la création d’emplois au Mali.

Dans les détails, pour des salaires locaux pour des Maliens : 195 000 dollars (97 millions de FCFA), carburant : 221 000 dollars (100 millions de FCFA), produits alimentaires : 359 000 dollars (179 millions de FCFA), produits non alimentaires : 118 000 dollars (59 millions de FCFA).

Hamadoun MAIGA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here