Conférence des sections de la CODEM : Début de la grande remobilisation des troupes

En prélude aux échéances électorales qui pointent à l’horizon, le bureau exécutif national de la Codem a mis un accent particulier sur la tenue des conférences de sections dans tous les cercles du pays. Cette démarche qui mettra à contribution l’ensemble des forces vives du parti aura pour but essentiel de remobiliser les militants et sympathisants, mais aussi les informer sur la vie du parti. En outre, il s’agira pour les responsables d’édifier les hommes et femmes de la Codem sur l’actualité sociopolitique, mais aussi les orientations prises par le parti ces derniers temps.

En principe, c’est ce week-end que commencera cette tournée générale de remobilisation de la base du parti Codem. Dans un premier temps, les sections du sud et du centre vont donner le ton sous la supervision du bureau national. Ensuite, suivra celle des régions du nord, toujours sous l’œil avisé des premiers responsables du parti.

Par nature, un parti politique est un groupe de personnes qui s’organise autour d’une idéologie et des intérêts politiques. Sa force et sa stabilité sont étroitement liées à l’organisation interne de ses membres et l’intégration de leurs différentes opinions dans la prise de décision de façon démocratique.

Sachant que la base d’un parti politique, tout comme les racines d’un arbre, doit être solide si le parti veut croître et réussir, la 5ème force politique du pays, issue de la dernière présidentielle, a opté pour la redynamisation des structures de l’intérieur. Pour la Codem, le succès de ses candidats à tous les niveaux est étroitement lié à la mobilisation des membres actifs et des sympathisants au niveau local.

Cette remobilisation interne, qui prendra en compte tous les besoins d’organisation, permettra aux membres de participer dans la prise de décision du parti, ainsi que dans la planification et l’exécution de projets organisés au niveau local et national. Il est question également pour les responsables du parti de mettre en pratique des valeurs et des mécanismes démocratiques qui permettront aux membres de participer pleinement à l’atteinte des objectifs, mais aussi à le rendre accessible aux populations.

Un parti à l’écoute

Pour la Codem, aller à l’écoute des militants est une tradition, car le parti n’est pas élitiste. Ces conférences de sections visent à permettre aux militants à la base de s’exprimer de façon la plus démocratique sur les orientations du parti. Elles permettent aux dirigeants nationaux de mieux comprendre les intérêts locaux et de développer des projets qui répondent à la réalité des membres à la base de chaque circonscription. Cette bonne communication peut servir à encourager les membres dans leur travail au sein du parti.

Les conférences de sections sont des opportunités inouïes qui permettent au parti de développer ses relations avec les populations locales. Une manière pour les membres actifs au niveau local de se sentir impliqués dans l’organisation du parti. Avec ce sentiment, ils sont en meilleure capacité de transmettre le message du parti aux citoyens locaux, ainsi que d’écouter les intérêts et les préoccupations des populations.

Ces consultations servent à renforcer les relations entre le parti et les populations locales. Cela, par la suite, peut aider le parti à être plus populaire et à attirer de nouveaux sympathisants et membres. Tout le mérite de cet exercice de la Codem réside en cela.

Un leadership local pour faire la différence

Un leader, c’est quelqu’un qui planifie, organise, contrôle, communique et délègue la responsabilité de réalisation des objectifs de l’organisation avec de l’autorité et des moyens permettant de les atteindre. Sur ce registre, au plan national, la Codem n’a rien à envier aux partis les plus influents d’Afrique. Les résultats engrangés depuis la création du parti malgré les maigres moyens sont édifiants.

Comme processus d’influence sur les activités de groupe pour la réalisation des objectifs fixés, le leadership est une nécessité à tous les niveaux d’un parti. Pour le président, Housseini Amion Guindo, qui fonde beaucoup d’espoir sur les militants à la base, ce périple est également une opportunité de susciter des leaderships sur le plan local.

Lamine Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here