Championnat national : Projet de règlement spéciale, le oui mais des clubs…

Après deux tentatives infructueuses, le CONOR fixe une nouvelle date et un nouveau format pour le démarrage du championnat. Les clubs ont jusqu’au 30 janvier pour remplir le formulaire d’engagement.

Après avoir connu une suspension, le processus du démarrage du championnat national reprend son chemin. Le Comité de normalisation (CONOR) a envoyé le projet de règlement spécial aux ligues et clubs qui doivent envoyer en retour leur observation. Le CONOR propose un championnat de 16 clubs qui vont s’affronter en aller simple. Le premier du classement se qualifiera pour la prochaine Ligue des champions, tandis que les deux derniers seront relégués en division inférieure. Les clubs ont jusqu’au 30 janvier pour remplir le formulaire d’engagement. La compétition débutera début février.

Pour le secrétaire général du Djoliba, Modibo Coulibaly, le démarrage du championnat est une nécessité pour le football malien. «La seule solution que nous avons est de jouer ce championnat. Cette année, nous avons joué les compétitions africaines des clubs sans organiser un championnat. La CAF ne veut pas reconduire cela. Donc nous sommes obligés d’organiser un championnat. Si nous voulons participer aux compétitions africaines l’année prochaine, il faut disputer le championnat», déclare-t-il. Et d’ajouter : «Il y aura la CAN en juin. Ainsi les championnats nationaux doivent finir au plus tard fin mai. La CAF a donné ce délai à toutes les fédérations. Pour que nous puisons être dans le délai, nous devons démarrer le championnat au plus tard début février».

Le secrétaire général du Djoliba juge bon un championnat à poule unique. «Dans le premier règlement spécial, nous avons constaté que les poules étaient déséquilibrées. Pour qu’il y ait un championnat équitable, la poule unique est la meilleure formule. Toutes les équipes vont s’affronter et aucun club ne déclarera qu’il a été favorisé ou défavorisé», estime Modibo Coulibaly. «Nous avons proposé un Carré d’as après les matches aller simple. Cela permettra d’offrir plus de matches aux clubs et de dégager un champion digne de ce nom». Cependant, le secrétaire général du Djoliba relève une incohérence dans le règlement spécial, concernant le nombre de joueurs dont l’absence peut permettre à un club de demander le report de son match.

Selon lui, le règlement spécial stipule qu’il faut au moins 5 joueurs pour demander le report d’un match, alors que l’article 91 des règlements généraux dit «qu’une équipe peut demander le report d’un match si elle a au moins un joueur en sélection nationale sénior». «Nous avons signalé cette incohérence parce que le règlement spécial ne peut pas aller à l’encontre des règlements généraux», souligne Modibo Coulibaly avant de conclure : «Nous avons envoyé nos remarques, j’espère qu’elles seront prises en compte».

Curieusement, d’autres présidents et secrétaires généraux de clubs que nous avons joint, ont indiqué n’avoir pas encore lu le règlement spécial. «Je ne peux rien vous dire sur le championnat, je n’occupe de mon club», a même martelé un président de club de première Division. Le secrétaire général d’un club de la ligue de football du District de Bamako nous a confiés : «Nous n’avons pas reçu le règlement spécial, en tant que club. J’ai vu des parties sur les réseaux sociaux». Un autre dira : «On m’a dit que le projet de règlement est venu mais je ne me suis pas intéressé à ça parce que je n’y crois pas».

Pourtant, un responsable de la ligue du District que nous avons joint au téléphone, a assuré que tous les clubs ont reçu le projet de règlement. «Nous avons transmis le document aux clubs, ils disent qu’il n’ont pas reçu tout simplement parce qu’ils ne sentent pas concernés. Vous savez avec la crise…», a expliqué notre interlocuteur.

C’est la troisième fois que le CONOR tente de lancer le championnat, mais cette fois, l’équipe de Mme Daou Fatoumata Guindo a pris soin d’élaborer un règlement et de le proposer aux clubs, avant le démarrage de la compétition. Le CONOR rectifie, ainsi, le tir après avoir mis deux fois la charrue devant les bœufs, en annonçant le démarrage du championnat, sans consulter au préalable les clubs et sans élaborer le règlement de la compétition.

On savait, à l’avance que ces tentatives étaient vouées à l’échec et elles ont lamentablement échoué. Question : la troisième tentative sera-t-elle la bonne ? Difficile de répondre par l’affirmative, quand on sait que plusieurs clubs sont opposés au format proposé par le CONOR, c’est-à-dire un championnat avec les 16 équipes qui évoluaient dans l’élite en 2015. Le sujet (la taille du championnat, ndlr) a été largement évoqué lors de la rencontre du ministre des Sports, Me Jean Claude Sidibé avec le CONOR (31 décembre 2018), mais il semble qu’il n y a pas eu d’accord entre les deux parties.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here