FSHSE : Le racket des étudiants à l’inscription physique freinée par le SG Mandela

Après l’étape de l’inscription en ligne et le dépôt des dossiers soigneusement coordonnés par le Centre national des œuvres universitaires (Cenou), les étudiants doivent se rendent dans leurs Facultés respectives pour leur inscription physique. C’est de cette occasion que profite certains membres du comité AEEM pour arnaquer les pauvres étudiants. En tout cas, si cette pratique était monnaie courante au niveau de la Faculté des sciences humaines et des sciences de l’éducation, Mohamed Koné dit Mandela et les membres de son comité décident d’y mettre fin.

Selon un étudiant, soucieux de ses camarades et qui n’a pas voulu que son identité soit dévoilée, à l’accoutumée les inscriptions physiques sont l’occasion d’enrichissement pour certains comités locaux de l’Association des élèves et étudiants du mali (AEEM), qui reçoivent les nouveaux bacheliers depuis l’entrée des facultés sous prétexte qu’ils veulent les aider à s’inscrire.

“Pourtant, la stratégie n’était autre que de leur dérober le peu d’argent dont ils disposent. Parfois, cela se faisait même dans la violence”, a-t-il dénoncé, ajoutant que ces genres de comportement ternissant davantage l’image de l’AEEM d’ores et déjà souillés, ne prospéreront plus à la faculté des sciences humaines et des sciences de l’éducation.

“C’est surtout grâce à l’engagement du secrétaire général Mohamed Koné dit Mandela et de son équipe que cette mauvaise pratique ne sera plus qu’un vieux souvenir pour nos étudiants. Je pense que notre Mandela joue bien son rôle de responsable syndical, en aidant ces étudiants à s’inscrire facilement sans leur soutirer de l’argent comme d’autres le font dans d’autres facultés. De par ce geste, il prouve que l’AEEM a pour rôle de servir les étudiants et non de se servir d’eux. Aussi, le SG Mandela dit toujours que l’AEEM n’est pas synonyme de banditisme. Au contraire, un vrai membre de l’AEEM doit toujours être prêt à défendre les droits des élèves étudiants maliens où qu’ils soient et même au prix de son sang”, a-t-il laissé entendre. Et de martelé : “L’inscription est un droit pour tous les étudiants”.

Il a par ailleurs salué les autorités universitaires qui ont bien voulu accepter la réouverture de l’inscription suite aux démarches de l’AEEM.

Drissa Kantao

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here