Liberté de la presse-insécurité-dialogue national : Le constat accablant de Soumaïla Cissé

Insécurité, crise économique,  crise sociale, liberté d’expression menacée… sont autant de maux qui caractérisent la gouvernance de l’actuel président de la République. Le constat est de Soumaïla Cissé, président du parti Union pour la République et la démocratie (Urd). Face à la presse, le mardi dernier, pour sa traditionnelle présentation de vœux aux hommes de média, l’honorable Cissé a dressé un tableau sombre de la situation qui prévaut au Mali.

Selon M. Cissé, l’année 2018 a été marquée par une insécurité généralisée et le début de  2019 semble suivre le même chemin. Il a dénoncé l’insécurité généralisée et grandissante qui continue d’affecter la paix et la quiétude sociale. Avant de fustiger les attaques terroristes et jihadistes qui touchent le nord et même le centre du pays. « Le début d’année a été particulièrement meurtrier à : Koulongo, Menaka, Ansongo, Koro, Douentza, Aguelhok, Tominian, Saye. La douleur des maliens est immense, l’incompréhension est totale. Pourquoi tout ça ? Pourquoi? Ces exactions ne doivent jamais restées impunies », a-t-il déclaré. Et face à l’ampleur de ce drame, l’URD réclame la mise en place d’une commission d’enquête internationale à l’effet de situer toutes les responsabilités afin de punir sévèrement les auteurs et leurs complices.

Le président de l’URD a  insisté  sur  l’importance des moyens  à allouer  aux forces armées et de sécurité pour qu’ils accomplissent leurs missions. « Il est important de rappeler que depuis plus de 5 ans nos Forces armées et de sécurité se battent, parfois sans moyens, aux côtés de nos amis et alliés contre les groupes terroristes et djihadistes qui ont investi le nord et le centre du pays. Pour réussir leur mission, nos forces armées et de sécurité doivent être impérativement équipées et formées. C’est pourquoi, aucune indiscipline ni délinquance financière ne doit être tolérée dans la gestion des ressources allouées à nos forces armées et de sécurité », a-t-il souligné.

Soumaïla Cissé a indiqué que les problèmes et crises touchant le cœur du pouvoir se sont accumulés si bien que les drames couvent sournoisement, minant plus encore le pays, le moral des populations, l’esprit politique et la crédibilité internationale des institutions du Mali.

 … préoccupé par le sort des journalistes

Pour le président de l’Urd, la liberté de la presse dans le monde et au Mali a été menacée en 2018. « 80 personnes tuées dans l’exercice de leur métier, tel est le bilan que l’ONG Reporters Sans Frontières a présenté en décembre 2018, contre 65 décès enregistrés en 2017 Cette hausse de la violence perpétrée contre les journalistes est tout simplement inacceptable ».Outre les journalistes assassinés, le nombre de journalistes tués en 2018 a connu une hausse, le nombre de journalistes emprisonnés a connu aussi une hausse inquiétante, 348 contre 326 en 2017, soit une augmentation de 7%.

Soumaïla Cissé a souligné que son parti est disposé à approfondir et à appliquer toutes les initiatives visant à protéger les journalistes contre les exactions. Avant de déclarer que la liberté d’expression chèrement acquise doit être jalousement entretenue pour le confort de la démocratie.

Pour l’honorable Cissé, au Mali, le constat est alarmant! Plusieurs journalistes ont été assignés en diffamation devant les tribunaux maliens. Il est temps pour notre pays d’aller vers la dépénalisation des délits de presse.  Il a rappelé la disparation de notre confrère Birama Touré depuis bientôt 4 ans. C’est pourquoi il a interpellé les autorités pour que la lumière soit faite sur cette affaire.  « Une presse libre est la condition de démocratie vivante et respectueuse de ses citoyens, la corrélation négative entre la situation tragique du Mali et la liberté d’informer a encore fait chuter notre pays  de la 25ème place, en 2012, il chute en 2018 à la 115èmeplace aux côtés de dictatures liberticides », a-t-il  fustigé.

 Le  nécessaire dialogue

A propos de la situation politique et sociale  actuelle, le chef de file de l’opposition a estimé que le pays est  en crise au point que son émergence est compromise. Et pour sortir de l’ornière, le chef  de file de l’opposition prône un dialogue  global, inclusif, interactif, dynamique et transparent. « Je voudrais juste rappeler notre très forte conviction que pour sortir de la crise notre pays a besoin de larges concertations entre toutes les forces vives de la Nation. Le Dialogue Républicain que réclame avec force l’opposition politique doit aboutir à un accord politique permettant le consensus nécessaire sur les réformes institutionnelles et politiques pour une sortie de crise réussie». Et d’ajouter : « Nous réitérons notre engagement, quelle que soit la forme du Dialogue de prendre les décisions qui vont uniquement dans l’intérêt du Mali, dans le sens de l’avenir de notre pays et du bien-être de nos concitoyens ».

Mémé Sanogo

 

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here