Décentralisation : Les autorités intérimaires et collège transitoire du nord bien outillés

Le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, en partenariat avec la MINUSMA, organise depuis hier au Centre de formation des collectivités territoriales, une session de renforcement des capacités et d’accompagnement des autorités intérimaires et collèges transitoires de niveau cercle des Régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudénit et Ménaka.
A l’ouverture des travaux, il y avait le représentant du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Haminy Belco Maïga et la représentante de la MINUSMA, Margarèthe Matic.
L’objectif général de cette formation de cinq jours est d’identifier et former un vivier de formateurs et de renforcer les aptitudes des autorités intérimaires et collèges transitoires des cercles des régions de Tombouctou, Taoudénit, Gao, Ménaka et Kidal afin de leur permettre de remplir efficacement les missions qui leur sont dévolues.
Dans son intervention, la représentante de la MINUSMA a indiqué que la politique nationale en matière de décentralisation est un instrument incontournable pour le renforcement de la démocratie et de l’exercice inclusif du pouvoir au niveau régional.
«Cet instrument contribue à une planification du développement local qui tient compte des réalités sociales et des spécificités des différentes collectivités territoriales», a t-elle ajouté.
En outre, Margarèthe Matic a soutenu que les membres des autorités intérimaires et des collèges transitoires sont un maillon essentiel pour la bonne administration et la gouvernance locale.
«En effet, a-t-elle développé, ils exercent toutes les fonctions exécutives des collectivités territoriales et sont en charge de la mise en œuvre des dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation au niveau local». La représentante des Nations unies a réitéré la volonté de la MINUSMA à accompagner nos autorités dans ce travail.
Pour le représentant du ministre en charge de l’Administration territoriale, la mise en place des autorités intérimaires et collèges transitoires est le fruit d’un travail consensuel entre les signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.
«En organisant la présente session de formation, le ministère en charge de la Décentralisation entend relever le défi lié à l’opérationnalisation des nouvelles entités locales installées dans leurs fonctions par les représentants de l’Etat au niveau des cercles concernés», a souligné Haminy Belco Maïga.
Il a saisi l’occasion pour rappeler les missions des autorités intérimaires et collèges transitoires : assurer la remise en marche et le fonctionnement des services sociaux de base; programmer et coordonner la mise en œuvre des actions de développement et de relance économique, sociale et culturelle; participer à la révision des listes électorales; participer à la constitution et à l’organisation de concertation des populations en vue du redécoupage territorial. Il s’agit aussi de participer à la préparation et à l’organisation des opérations électorales et référendaires; de faciliter et préparer le retour, la réinstallation, la réinsertion des réfugiés, des déplacés et la réhabilitation des personnes sinistrées, et d’assurer le suivi et la gestion des affaires foncières.
Pour aider les autorités intérimaires et collèges transitoires à une appropriation de ces missions l’atelier traitera, entre autres de l’organisation des circonscriptions administratives, du rôle des représentants de l’Etat et des synergies à développer pour faire face aux défis du développement, de la maîtrise d’ouvrage du développement et des procédures de passation des marchés publics.
«Ces thématiques seront approfondies dans le cadre de sessions régionales qui suivront dans les jours à venir sous l’égide des gouverneurs des Régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudénit et Ménaka. Ces sessions qui seront élargies à l’ensemble des membres des autorités intérimaires et collèges transitoires des régions concernées, permettront de traiter des questions particulières ou spécifiques à chaque cercle», a annoncé M. Maïga, avant d’exhorter les participants à s’investir pour réussir le challenge de la confiance des populations par une bonne gestion des ressources que l’Etat mettra à leur disposition avec l’accompagnement des partenaires techniques et financiers (PTF).

Bembablin DOUMBIA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here