Conflits intercommunautaires dans le centre : L’Association Peulh TABITAL PULAKU interpelle l’Etat

18

La salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah a servi de cadre, le samedi 26 janvier dernier, au meeting de l’Association Peulh (TABITAL PULAKU) pour dire stop à la violence et à l’amalgame dont les peulhs sont victimes dans le Centre du pays. Plusieurs autres Associations étaient venues apporter leur soutien.

La rencontre était placée sous l’égide d’Abdoul Aziz Diallo, Président de Tabital Pulaku, avec la présence de plusieurs autres personnalités notamment celle de Mahmoud Dicko, Président du Haut Conseil Islamique du Mali, des jeunes leaders d’Associations Peulhs de Bamako, Soumaïla Cissé, Chef de fils de l’opposition malienne, Harouna Sangaré, d’Oumar Mariko, de Ras Bath et bien d’autres.

Il faut signaler que des banderoles et des placards étaient accrochés partout dans la salle pour dire non à la violence et vive le Mali dans sa diversité.

Cette rencontre visait non seulement à dénoncer les crimes intercommunautaires mais aussi de lancer un appel solennel aux autorités du pays de procéder au désarmement imminent de toutes les milices dans le Centre du pays et surtout de punir les Responsables de ses crimes ignobles.

Selon le Président de TABITAL PULAKU, Abdoul Aziz Diallo, les peulhs sont devenus une cible pour les chasseurs dozo installés dans le Centre du pays qui continuent leurs massacres sur des innocents.

«Nous avons les cœurs meurtris aujourd’hui de voir nos parents massacrés jusque chez eux par des individus armés sans loi ni foi. Nous demandons à l’Etat malien de punir les Responsables et de désarmer toutes les milices présentes dans la zone », a dit le Président de Tabital.

Quant au Président du Haut Conseil Islamique du Mali, Mahmoud Dicko, l’heure n’est pas aux accusations ni à la violence mais qu’il faut chercher une solution de sortie de crise. Il ne peut pas parler d’accusations à cette rencontre ; car, selon lui, il est un Homme de paix et qui parle de paix dit non à la violence.

L’Association des Niamakala Peulhs (DENTAL NIEYBE), par la voix de son Président, Oumarou Sarré, a également souligné son inquiétude par rapport à la situation et appelle au calme et dit non à l’amalgame.

«Nous les Nieybé (Niamakala), nous sommes venus apporter notre soutien comme d’habitude à l’Association des amis de la Culture Peulh et aussi interpeller l’Etat malien qui a un rôle de protection à tout Malien et toute Malienne, interpeller les autorités internationales à bien vouloir jouer son rôle de faire valoir le Droit de l’Homme», a imploré Oumarou Sarré.

Par rapport à la situation qui prévaut dans le Centre, Kola Cissé, un des leaders de l’Association PINAL PULAKU a signalé une légère implication de nos hautes autorisé dans la résolution de cette crise.

«Il faut savoir que les mouvements armés installés dans le Centre dont certains appellent des jihadistes ne sont autres que des bandits armés qui ont des armes et s’attaquent aux innocents, violent les femmes et retirent les troupeaux d’autrui. Donc, si vraiment l’Etat doit lutter contre ces individus qu’il s’attaque à leurs positions et de sécuriser les populations innocentes sans défense face aux chasseurs et autres individus constituant une menace pour elles », a demandé Kola Cissé.
La cérémonie a pris fin par un appel au calme du Leader religieux et à une séance de prières spéciales pour le retour de la stabilité dans le pays et précisément dans le Centre du pays.

Mahamadou Sarré

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here