Affaire de la destitution gouverneur de Kayes: le gouvernement souffle le chaud et le froid

La destitution du gouverneur de Kayes aura été la goutte d’eau qui a débordé le vase dans le bras de fer entre le SYLTMAT/SYNAC et le gouvernement. Avec seulement deux gouverneurs civils sur les 11 actuellement en poste dans notre pays, les administrateurs civils n’entendent guère céder aux bruits de sirène d’un gouvernement qui se verse, de plus en plus, dans le népotisme dans le choix des responsables au sommet de l’État. C’est en tout cas, ce qui motive leur mot d’ordre de grève de 72 heures à partir de ce 11 février reconductible jusqu’à la satisfaction de leurs doléances.

Suite au préavis de grève des administrateurs civils, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, M. Ag Erlaf, a rencontré en catastrophe, ce lundi 28 janvier 2019, les responsables des deux comités syndicaux.

L’objectif était, selon nos sources, de calmer l’ardeur des syndicalistes très en colère contre la décision du gouvernement de relever un des leurs ‘’sans motif valable’’.

La rencontre, qui a été très discutée, selon les mêmes sources, a tout de même abouti à une convergence de vues entre les deux parties.

La source précise que la qualité des échanges entre les parties présage déjà qu’une solution médiane pourrait être trouvée pour éviter la grève. En tout cas, l’on nous rapporte que les administrateurs civils n’entendent plus marchander avec leur plan de carrière. Il s’agit, dit-on, d’une doléance qui leur tient à cœur.

Qu’à cela ne tienne, les sources proches de la rencontre expliquent que malgré les longues heures d’échanges avec le ministre et ses proches, ces derniers n’ont pu fournir de preuves tangibles quant au relèvement du gouverneur de Kayes, Baye KONATE, le 23 janvier 2019, en conseil des ministres.

Selon un responsable syndical, le gouvernement pouvait évoquer plusieurs raisons pour se justifier, notamment l’affaire de l’incendie de la préfecture de Kéniéba, en juin 2018, le soulèvement et les arrestations ‘’arbitraires’’ de Konsinga, cercle de Yélimané, en fin décembre, etc. Mais, il aura du mal à convaincre le Syndicat national des administrateurs civils sur cette décision de limogeage du gouverneur Konaté.

En effet, selon les sources, ce gouverneur a eu les félicitations des plus hautes autorités et a même été décoré Chevalier de l’ordre national, pas plus de deux semaines avant sa révocation. Autant dire que le désormais ex-gouverneur de Kayes, selon les syndicalistes, est loin d’être mauvais comme l’on veut faire croire au commun des Maliens.

La décision aurait été mieux comprise au sein des comités syndicaux du SYLTMAT/SYNAC, si le gouvernement avait pris la mesure de choisir le remplaçant de M. Konaté parmi les siens (administrateurs civils) où les compétences ne manquent pas. On cite par exemple le chef de cabinet du partant, qui après 36 ans de carrière bien remplie, n’est qu’à quelques encablures de la retraite. Combien de cadres valables comme ce dernier sombrent dans les bureaux des administrations d’État et ignorés par les plus hautes autorités ?

Une raison pour les syndicalistes d’aller en guerre contre un gouvernement qui recèle dans le favoritisme.

En tout cas, au regard de ce qui précède, l’on estime que l’on est en face d’un gouvernement qui souffle le chaud et le froid, selon les circonstances (On est bon quand le peuple applaudit le chef, dans le cas contraire, ce sont les subalternes qui récoltent les pots cassés).

Pour rappel, suite à la révocation du gouverneur de Kayes et son remplacement par un corps habillé (un commissaire de police). Les comités syndicaux du SYLTMAT et du SYNAC se sont réunis le 24 janvier 2019 pour évaluer la situation. À l’issue de cette rencontre, les comités syndicaux ont décidé d’observer une grève de 72 heures allant du 11 février au 13 février 2019. Sitôt décidé, sitôt le préavis a été déposé sur la table du ministre en charge du travail. On y note sept points de revendications : le maintien, sans condition, du gouverneur de Kayes, abusivement relevé ; le redéploiement, sans délai, de tous les représentants de l’Etat abusivement relevés de leurs fonctions, notamment M. Makan Sissoko, Issoufou Théra, Adama Coulibaly, Fadjigui Théophile Coulibaly ; Koumba Samaké et autres ; l’abrogation du décret n° 2015 -0067/P-RM du 13 février 2015 fixant les conditions de nomination et les attributions des chefs de circonscription administrative au regard de l’entrée en vigueur du statut du corps préfectoral ; l’octroi du quota de 98 % aux administrateurs civils pour la nomination aux fonctions de gouverneur de région et du district ; le respect des textes pour la nomination des préfets et sous-préfets et la prise en charge effective de la famille du préfet Makan Doumbia enlevé le 8 mai 2018 par des terroristes.

Au niveau des comités syndicaux, l’on nous a précisé que la rencontre d’hier lundi, 28 janvier 2019 n’entre pas dans le cadre des négociations sur le préavis de grève, mais une initiative du ministre de tutelle pour échanger en profondeur sur les préoccupations des administrateurs civils.

Affaire à suivre….

Par Sidi Dao

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here