Délégation de la CCIM de Bamako: l’Assemblée générale crève l’abcès

La Délégation régionale de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali du District a tenu son Assemblée générale, samedi dernier, au siège national de l’institution, sous le double objectif de la présentation du rapport d’activités et servir d’espace d’échange entre les membres consulaires.

Selon Mme Coumba DIARRA, Secrétaire administrative, d’importantes activités ont été menées dans le cadre des missions d’organisation et de représentation ; d’assistance-conseil et d’appui aux entreprises ; de formation ; d’information et de communication.

L’une des plus grandes satisfactions du Bureau est la mise en place d’un Cadre de concertation réunissant l’ensemble des faîtières de commerçants, permettant ainsi la prise en compte de toutes les préoccupations.

Des démarches, fait-on savoir, ont été entreprises auprès des partenaires techniques et financiers, notamment l’AFD pour la réalisation d’équipements marchands. Un chantier qui est buté au manque de titre des marchés, à l’exception de celui de Doumanzana. Mais, assure-t-on, les partenaires sont disposés à les financer sur la base de dossiers consistants.

L’Assemblée a soulevé certaines préoccupations, en plus de celles évoquées par le Bureau : le non-respect de la discipline budgétaire, avec un retard de trois mois dans la mise à disposition qui a impacté négativement la réalisation de certaines activités ; l’insuffisance de l’allocation trimestrielle de 3 millions FCFA ; la confusion dans les missions de la Délégation ; l’empiètement de la représentation nationale sur les domaines d’intervention de la Délégation régionale…

Parmi les recommandations de l’AG, on peut retenir : la révision à la hausse du budget de fonctionnement et son octroi dans les délais ; la relecture des textes pour clarifier les missions de la Délégation ; l’élaboration d’un répertoire des commerçants détaillants pour aider à leur basculement dans le secteur formel ; l’implication de la Délégation régionale dans l’assainissement des marchés ; la mise en place de Commissions de travail au niveau de la Délégation ; le transfert de la gestion des marchés aux Chambres consulaires.

Dans sa réponse aux différents intervenants, le président de la Délégation régionale de la CCIM du District, Cheick Oumar SACKO, a fait savoir qu’en ce qui est du répertoire, une mission a recueilli auprès du service des impôts les noms de tous ceux qui sont inscrits aux patentes synthétiques et import-export. La liste devant être complétée par ceux qui ne relèvent d’aucune de ces catégories.

Pour ce qui est des Commissions de travail, M. SACKO a fait savoir qu’il en existe déjà plus d’une dizaine au niveau de la représentation nationale où siègent les membres de la Délégation.

Idem pour un règlement intérieur qui ne s’impose pas, d’autant plus que les délégations régionales exécutent le programme de mandature du Bureau national dont elles sont membres.

Les observations de manque de dynamisme du Bureau ont été justifiées par des intervenants, dont le doyen Soya GOLFA, par l’héritage historique d’un Mali indépendant où c’est l’État qui avait le monopole de la vente des produits de première nécessité et par le fait que la CCIM existe depuis 1946 qu’il faut du temps à la Délégation régionale pour s’affirmer.

Les perspectives pour la Délégation du District portent sur deux projets : l’organisation de la foire du ramadan pour laquelle elle attend la réponse de la représentation nationale de la CCIM et la création d’une caisse islamique, dont les contours ont été présentés au cours de l’Assemblée.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here