Doléances des administrateurs civils : Et si tout le monde faisait autant ?

Depuis un certain temps, nos administrateurs civils, à travers leurs syndicats exigent que seuls les cadres issus de leur corps soient nommés aux postes de commandement, notamment en ce qui concerne les préfets, sous-préfets et gouverneurs. Récemment, la nomination d’un cadre de la police au gouvernorat de la région de Kayes a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Et si on interdisait aux administrateurs civils d’être nommés à des postes qui ne relèvent pas de leur département ?

Aujourd’hui, le syndicat national des administrateurs civils vient de déposer un préavis de grève de 72 heures sur la table du gouvernement, Ousmane Christian Diarra de son poste de conseiller aux affaires administratives et juridiques au gouvernorat de Kayes. Pour la simple raison qu’un policier a été nommé à la place d’un administrateur civil.

Ousmane Christian Diarra, administrateur civil de son état, a servi au ministère des Mines comme un conseiller technique, sachant bien qu’il est loin d’être un ingénieur des mines et de la géologie. En plus l’ancien secrétaire du SYNAC, Seydou Coulibaly occupe un poste à la Haute Autorité de la Communication, tandis que que son épouse Mariam Coulibaly administrateur civil est actuellement Consult général du Mali à Bouaké.

La conduite des affaires d’un Etat doit être universel et mixte. C’est dans la complémentarité qu’on construit un Etat fort. Si chacun exige que la gestion de son département lui soit uniquement réservée on ne pourra pas sortir de cette ornière. Les administrateurs civils doivent accepter que d’autres cadres compétents viennent servir dans leur département d’autant plus que eux mêmes occupent des postes stratégiques dans presque tous les départements.

Concernant la nomination des militaires aux postes des préfets et de gouvernorat, elle va de soi compte tenu de la réalité du moment. Le pays fait face à une insécurité grandissante caractérisée par des attaques terroristes récurrentes. L’expérience est palpable chez notre voisin ivoirien, où après la crise de 2010, la gestion de 90% des préfectures a été confiée à des militaires et aujourd’hui le résultat est là.

Les administrateurs civils doivent mettre de l’eau dans leur vin en acceptant de travailler avec d’autres cadres de corps étrangers. C’est vrai aujourd’hui, la plupart de nos gouvernorats sont occupés par des militaires, enseignants et douaniers, mais si cela nous apporte la quiétude chez nos populations, les administrateurs doivent l’accepter pour l’intérêt général de la nation.

Que chacun reste chez soit est un signe de méchanceté, même dans nos cultures maliennes, voire africaines.

Seydou S Diamoutene

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here