CAN U20 : Les Dieux du stade protègent-ils le MaliI ?

Les dieux du stade sont-ils en train d’aider le Mali ? Nombre d’observateurs se posent cette question après la qualification des Aiglons pour les demi-finales de la CAN U20 et du Mondial de la catégorie. En effet, les deux buts marqués par la sélection nationale junior, face au Burkina Faso (1-0) et au Ghana (1-0) et qui ont permis au Mali de se qualifier, sont venus de nulle part.
Après la défaite de la journée inaugurale contre le Sénégal (0-2), on pensait que les carottes étaient cuites pour les Aiglons et que notre pays allait revivre le scénario de la précédente édition, c’est-à-dire, une élimination dès le tour initial. Mais les protégés du sélectionneur national, Mamoutou Kané ont bien réagi, en dominant successivement le Burkina Faso (1-0, 2è journée) et le Ghana (1-0, 3è journée). Résultat : l’équipe a terminé deuxième de la poule, derrière le Sénégal et validé son billet pour le dernier carré de la CAN et la phase finale de la Coupe du monde, prévue cette année en Pologne.
C’est ce retournement de situation réalisé par les juniors maliens qui fait dire à certains que Dieu soutient le Mali dans son combat contre ses adversaires. Ces personnes font, ainsi allusion aux deux buts marqués par les Aiglons contre les sélections du Faso et du Ghana. Le mercredi 6 février contre le Burkina Faso, Mamadou Traoré «Capi» profite d’une faute de main du gardien burkinabè, Mohamed Traoré (52è min) pour marquer d’un tir lointain.
Le tir semblait anodin et le but a surpris tout le monde. Le samedi 9 février, soit trois jours après ce but plutôt chanceux, les Dieux du stade volent encore au secours des Aiglons. Face au Ghana, un centre-tir raté de Hadji Dramé trompe le gardien Nurudeen Abdul Manaf (53è min) offre la deuxième victoire au Mali, synonyme de double qualification en demi-finale et au Mondial U20. Les deux buts ont été marqués presqu’au même moment : 52è et 53è minutes. Forcément, le camp malien un signe. Ce, d’autant qu en Zambie en 2017, le Mali a marqué 3 buts et encaissé 9, pour un match nul contre l’Egypte (0-0) et deux défaites face, respectivement à la Zambie (1-6) et à la Guinée (2-3). Le gardien Youssouf Koïta a été l’un des grands artisans de la double qualification du Mali. Contre le Burkina Faso, comme face au Ghana, l’ancien joueur de l’ASB est resté souverain dans ses buts. Il a fait plusieurs arrêts décisifs, notamment contre la sélection du Faso et a porté l’équipe jusqu’au bout. Le jeune gardien et ses coéquipiers ont désormais le regard tourné vers le Nigeria qu’ils affrontent demain pour une place en finale. Face au recordman de la compétition (7 couronnes), le Mali ne sera pas favori et les Aiglons s’attendent à une partie encore plus difficile.
Tout le monde en est conscient dans le camp malien, mais les protégés de Mourlé se disent déterminés à jouer leurs chances à fond et prouver qu’ils ne sont pas là par hasard. «Nous avons un groupe soudé, les joueurs se parlent beaucoup et manifestent une envie collective de réaliser quelque chose ensemble. Ils sont prêts à en découdre avec le Nigeria», assure le sélectionneur national Mourlé. L’autre demi-finale opposera le Sénégal qui a terminé premier de la poule B et l’Afrique du Sud qui s’est classée deuxième du groupe A.
Pour revenir au premier tour de la compétition, 26 buts ont été marqués, en 12 matches. C’est nettement moins que lors de la précédente édition en Zambie où les filets ont tremblé 43 fois au premier tour. Les Lionceaux du Sénégal sont les seuls à avoir gagné leurs trois matches de poule. Ils ont marqué 9 buts pour seulement un encaissé. Le Sénégal a dominé, successivement le Mali (2-0), le Ghana (2-0) et le Burkina Faso (5-1). Le Sénégal a la meilleure attaque du tournoi, alors que la défense du Burkina Faso est la plus poreuse (8 encaissés en 3 sorties). La défense la plus imperméable de la compétition est celle du Nigeria qui n’a pris aucun but lors de la phase de poules. L’attaque nigériane a marqué trois buts. Au classement des buteurs, l’attaquant sénégalais Youssouph Mamadou Badji vient en tête avec trois réalisations, dont un doublé réussi contre le Ghana. Il devance son coéquipier Amadou N’Diaye qui affiche deux buts au compteur (doublé contre le Burkina Faso). Les 26 buts de la phase initiale ont été marqués par 23 joueurs différents, dont bien sûr Hadji Dramé et Mamadou Traoré.

Envoyés spéciaux
Ladji M. DIABY
Morimakan
COULIBALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here