Électrification rurale : Lancement des travaux de la centrale hybride de NARÉNA

L’infrastructure s’inscrit dans le cadre du projet Systèmes hybrides d’électrification rurale (SHER) et est financé à hauteur de 32,254
milliards de Fcfa pour 50 localités à travers le pays

Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Sambou Wagué entouré des responsables
Les travaux de la centrale hybride de Naréna (cercle de Kangaba) ont été lancés, samedi dernier, par le ministre de l’Energie et de l’Eau, Sambou Wagué. La cérémonie a mobilisé le maire de la Commune rurale de Naréna, Daouda Nambala Keïta, le représentant de la Banque mondiale, Madio Fall, la directrice nationale de l’énergie, Mme Aminata Fofana, et le président directeur général de l’Agence malienne pour le développement de l’énergie domestique et de l’électrification rurale (AMADER), Mamadou Ouattara.
Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du projet Systèmes hybrides d’électrification rurale (SHER). Pour un montant total de 32,254 milliards de FCFA, il concerne 50 localités dont 7 dans la Région de Koulikoro, 5 dans la Région de Ségou, 26 dans la Région de Kayes, 7 dans la Région de Sikasso, et 5 dans la Région de Mopti. Le projet consiste à réaliser dans chacune des localités, une centrale hybride solaire/diesel et l’extension du réseau existant en vue du branchement de nouveaux clients.
Ces centrales solaires permettront d’augmenter la durée du service quotidien de l’offre d’électricité aux populations. En ce qui concerne le village de Naréna où le lancement du projet vient d’être effectué, l’hybridation permettra de prendre en charge un branchement additionnel d’au moins 300 clients contre 160 actuellement. Cette possibilité est également offerte à chacune des 50 localités du projet.
La durée prévisionnelle des travaux est de 12 mois. Dans son allocution, le ministre de l’Energie et de l’Eau a rappelé que le président de la République, pour un développement harmonieux de l’économie malienne et une amélioration des conditions de vie de la population, a assigné au gouvernement le relèvement du taux d’accès à l’énergie tant en milieu urbain que rural. En vue de la diminution du coût de production et de l’augmentation de l’offre énergétique, le chef de l’Etat a aussi invité le gouvernement à améliorer le mixte énergétique, par la mise en œuvre d’un programme de transition énergétique qui accorde la priorité aux énergies renouvelables.
Dans le cadre de cette transition énergétique et de l’amélioration de l’accès de l’énergie en milieu rural, le gouvernement a, avec son partenaire la Banque mondiale, décidé de mettre en œuvre un projet d’hybridation de centrale en milieu rural, a indiqué Sambou Wagué.
Le ministre Wagué a, par ailleurs, expliqué que le renforcement de la capacité de production, l’augmentation de la durée et de la qualité du service, par la réalisation des installations ainsi évoquées, contribuera dans les 50 localités retenues par le projet à l’amélioration des conditions de vie des populations (santé, éducation, communication, etc.) ; à la promotion des activités génératrices de revenus ; à la sécurisation des personnes et de leurs biens ; à la réduction de la pauvreté. Il a remercié la Banque mondiale pour cet accompagnement.
De son coté, le représentant de la Banque mondiale a assuré que la coopération entre le Mali et son institution se porte très bien parce qu’il ne se passe pas un trimestre sans que la directrice des opérations et le ministre des Finances ne se réunissent pour signer un accord de financement.
Selon Madio Fall, la Banque mondiale appuie le Mali dans tous les secteurs de développement.
«La Banque mondiale est convaincue que votre objectif rencontre ses objectifs principaux qui sont l’éradication de la pauvreté et le partage de la prospérité. C’est dans cette voie que vous avez tracé vos objectifs et c’est dans cette voie que la Banque mondiale vous appuie. Les deux secteurs que sont l’eau et l’électricité occupent des positions hautement prioritaires dans cette coopération entre la Banque et le Mali», a-t-il dit, avant d’annoncer que son institution est en train de réfléchir avec nos services pour assurer la viabilité de l’EDM, viabilité qui pourrait permettre de réduire ou même d’éliminer la lourde subvention que supporte le gouvernement dans le budget national du Mali.
Auparavant, le maire, au nom du conseil communal, avait remercié le ministre pour avoir choisi sa commune pour le lancement de ce projet. « Autant l’eau est source de vie, autant l’énergie est indispensable dans le développement de notre monde. En plus du développement, l’électrification est un facteur de sécurité », a affirmé Daouda Nambala Keïta.
Envoyé spécial
Amadou GUÉGUÉRÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here