Le scandale des 50 millions ; Le Kotèba national continue…

Au Mali, ce n’est pas la première fois que de pareils scandales éclatent entre le gouvernement et les religieux.  De fait, à part quelques mots ou phrases lancés en arabe pour mieux enfumer les naïfs, tous les prêches des religieux sont centrés sur l’argent et sur la politique ; il est très rare de les voir parler de Dieu et de la religion. Qui veut nous faire croire que Dicko n’a jamais accepté de grosses sommes d’argent ou des voitures de luxe offertes par le gouvernement ? Les faits nous disent bien le contraire. De quoi s’agit-il en fait maintenant ?

Ce n’est un secret pour personne que le torchon brûle entre le gouvernement et Dicko depuis les dernières élections présidentielles bâclées et truquées au Mali. Plus précisément, la querelle se situe au niveau de Soumeylou et IBK d’une part, et Dicko et son camp de l’autre. Avec Haïdara au centre.

Actuellement, pour se venger, le gouvernement met tout en œuvre pour affaiblir les positions de Dicko au sein du HCIM. En effet, les divergences se sont accentuées entre les religieux qui ont commencé eux-mêmes à se dénoncer. Aujourd’hui, ce HCIM est divisé, il est devenu la scène des querelles futiles entre les religieux. Alors question : pour quand la prochaine élection du président du HCIM ?

Dicko sent déjà que ce ne sera plus facile pour lui. Avec, bien sûr, la complicité du gouvernement, il y en a déjà qui prétendent à son fauteuil. Fauteuil qui lui permet de mieux rester sur la scène politique et de parler légalement au nom d’un organe officiel. À défaut, il devrait retourner dans sa mosquée de Badalabougou ou reprendre la craie pour continuer à enseigner l’arabe comme par le passé.

À son dernier meeting, il est venu trouver que les portes étaient fermées. Il a dû se contenter de la cour pour parler. C’était déjà un avertissement et une sorte d’humiliation pour un homme de son rang. Tout le bruit qui se fait maintenant autour du meeting du 10 février, c’est une sorte de chantage et d’intimidation, rassembler les gens pour faire voir une sorte de démonstration de force. Ni plus ni moins.

Dicko a déclaré : «On ne veut pas mettre ce pays à feu et à sang.» Que veut-il dire par ces mots, et à qui ces mots sont-ils adressés ? Un leader devrait-il parler de la sorte dans un pays en crise ? Comment va-t-on faire encore un meeting, prétendument pour faire des prières, sur un sujet d’homosexualité dont le projet a été déjà abandonné il y a déjà des semaines ? Ce n’est pas logique !

Maliens, ne nous laissons pas manipuler par cette somme de 50 millions, d’ailleurs trop maigre pour nos religieux habitués à recevoir des milliards. C’est plutôt une question de querelle entre des hommes bien précis, autour d’un fauteuil bien précis aussi. Voilà le fond. Et le Mali vaut mieux que tout ça, le pays doit être au-dessus de ces spectacles hilarants.

Le fait même d’avoir exhibé cet argent en dit long. C’est la volonté de vouloir se faire passer pour incorruptible alors que tel n’est pas le cas. Dicko lui-même dit dans la vidéo : «Si mon grand-frère IBK me donne un milliard, je vais prendre. Pas parce qu’il est Président de la République, mais parce qu’il est mon grand-frère.» Que dire de plus ? Peut-être que les 50 millions sont peu et ont été estimés comme un manque de respect à sa personne ? On parlait de la somme de 100 millions au départ.

Je n’ai encore jamais vu au Mali un religieux qui refuse de l’argent ! Tout comme je n’ai encore jamais vu un religieux dire aux hommes politiques d’aller distribuer aux pauvres les millions et les voitures de luxe qu’on leur donne. Au contraire, ils les prennent et les mettent dans leurs poches ! S’ils refusent maintenant, c’est donc qu’il y a une autre cause. Je maintiens ma position de toujours : la classe politique et les religieux sont tous les mêmes au Mali. Blanc bonnet, bonnet blanc ! Ne nous faisons pas avoir pour des querelles individuelles.

La prochaine élection du président du HCIM va réserver bien des surprises. Comme d’habitude, des voix pourront être achetées à coup de milliards pour faire partir Dicko. Nous sommes l’un des champions des élections bâclées et achetées ! C’est là que nous comprendrons tout le fond de ce bruit qui se fait dès maintenant.

D’ici là, si l’entente et la paix ne sont pas obtenues entre tous ces camps, je ne serais pas surpris de voir un nouveau président du HCIM. Ma conviction est tout de même que ce HCIM doit être dissout, tout comme l’AEEM. Ça ne sert à rien, sinon qu’à drainer des millions du budget pour des causes personnelles.

Sékou K. DIALLO

Appui financier proposé par le gouvernement pour la tenue de la journée de prière pour la paix et la cohésion sociale

Le ministre porte-parole du gouvernement s’explique

Suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux relative à l’appui financier proposé par le gouvernement pour la tenue de la journée de prière pour la paix et la cohésion sociale, le ministre porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, a donné un point de presse, le samedi 9 février au Cigma, pour s’expliquer. Lisez sa déclaration.

 Le gouvernement reconnaît avoir octroyé un soutien moral et financier au Haut conseil islamique du Mali (Hcim) pour l’organisation d’un rassemblement de recueillement et de prières pour le Mali. Le gouvernement l’a fait par le passé pour d’autres événements et activités du Hcim, comme pour d’autres organisations qui œuvrent à la consolidation de la cohésion sociale, de la démocratie et du vivre- ensemble dans notre pays.

Le gouvernement rappelle qu’il est l’objet quotidiennement de sollicitations pour divers appuis émanant d’une variété d’organisations maliennes. Nous avons toujours traité ces demandes avec beaucoup d’égards. En répondant à ces demandes d’aides, il n’a jamais été question d’autre chose que de gestes de solidarité envers des organisations pas toujours dotées de budgets de fonctionnement conséquents. Il n’a donc jamais été dans l’intention du gouvernement de tenter d’influencer quelque responsable d’aucune organisation.

Le gouvernement prend donc acte du fait que la rencontre du Haut conseil islamique du Mali, du dimanche 9 février 2019, ne requiert pas d’assistance financière et formule ses vœux de réussite à cette rencontre dédiée à la prière pour la paix au Mali.

Toutefois, dans le contexte difficile que traverse notre pays avec notre tissu social qui demande d’être ressoudé, nous appelons l’ensemble des personnalités publiques au sens de la responsabilité. Cet appel, à savoir raison garder, s’adresse particulièrement aux sentinelles morales que sont nos leaders religieux, les chefs coutumiers, les leaders d’opinion et responsables à divers niveaux, qui aideraient le Mali en prêchant par l’exemple, par le bon exemple.

Fait à Bamako, le 08 février 2019

Le porte-parole du gouvernement

 

Soumeylou Boubèye Maïga :

«L’Etat a toujours soutenu toute initiative de citoyens qui disent agir pour la paix»

En vue de renforcer les capacités de ses membres pour accompagner le gouvernement dans la conduite des réformes politiques et institutionnelles, l’Alliance «Ensemble Pour le Mali» a organisé un atelier d’échange le dimanche 10 févier à Orpheus Dream Village hôtel. Le thème portait sur le «processus de révision de la constitution du 25 février 1992».

La cérémonie d’ouverture était présidée par le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga et Dr. Bocary Tréta, président de l’Alliance EPM.  À l’issue de ces assises, un rapport général a été produit, contenant l’essentiel des réflexions sur la révision constitutionnelle du 25 février 1992.

Dans ce cadre et celui du processus d’échanges avec les acteurs politiques engagés par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation au niveau du cadre de concertation, il est apparu utile pour l’Alliance EPM et le gouvernement d’organiser un atelier d’harmonisation des points de vue dans la conduite de la révision constitutionnelle. Après le premier thème, les échanges ont porté sur «regards croisés entre la constitution du 25 février 1992 et l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger».

Dans son allocution, Bocary Tréta, président de l’Alliance EPM, a tout d’abord salué le Premier ministre, d’avoir pris l’initiative de proposer l’idée de réunir la majorité présidentielle autour d’une question importante. Il a ensuite souhaité que tous les participants prennent la mesure de cette initiative et s’engagent résolument à la faire aboutir.

Dans son intervention, le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a déclaré que la nécessité de la révision constitutionnelle de 1992 s’est pratiquement imposée à tous les présidents de la République qui se sont succédé à Koulouba. À l’en croire, les raisons de cette révision se sont progressivement enrichies.

«Dans l’esprit du président de la République, la révision qui s’engage, vise essentiellement le renforcement de l’Etat et la souveraineté de la nation, à fortifier les institutions de manière à garantir leur permanence et clarifier leur accord pour avoir une organisation plus rationnelle et plus efficiente du pouvoir public», a précisé le Premier ministre. Lequel ajoute que des séances d’échanges seront programmées pour renforcer les compréhensions communes sur de grandes problématiques du pays,  pour s’assurer que tout le monde aille dans la même direction.

Notons qu’au cours de cet atelier, Soumeylou Boubèye Maïga s’est  également exprimé sur le contexte de la somme d’argent remise au Haut conseil islamique. «Par rapport à l’appui que le gouvernement s’est fait le devoir d’apporter à l’organisation d’une prière destinée normalement à appeler à la paix et à la réconciliation, franchement on n’a rien vu de bizarre.

L’Etat a toujours soutenu toute initiative de citoyens qui disent agir pour la paix. Donc, quand l’Etat a été informé que le Haut conseil voulait organiser une journée de prière pour la paix et la cohésion, nous avons fait ce qu’il fallait faire. Quand il nous est apparu que ce n’était pas une initiative unitaire, tout en maintenant le principe de l’appui, nous avons revu le niveau de l’appui», a-t-il dit.

Assan TRAORE/ Stagiaire

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here