Mise en œuvre des réformes, politiques, projets et programmes de l’UEMOA Le Mali fait un bon de 15 points, un niveau jamais atteint par un pays membre

La Commission de l’UEMOA a organisé, hier jeudi 14 février, à Bamako, les travaux de la session politique de la 4ème revue des réformes, politiques, projets et programmes entre le gouvernement du Mali et les responsables de l’Union sous-régionale. Le Mémorandum qui a sanctionné les travaux, fait ressortir que notre pays affiche, en 2018, un taux satisfaisant de mise en œuvre des réformes de 77% contre 62% en 2017, soit une progression de 15 points, un niveau jamais atteint par un pays membre de l’UEMOA depuis l’instauration de la revue en 2014.

Le ministre de l’Economie et des finances, Dr Boubou Cissé était accompagné de plusieurs de ses collègues membres du gouvernement (Energie et Eau, Santé et Hygiène publique, Commerce et Concurrence, Aménagement du territoire, Equipement et Infrastructures) pour prendre part à ces travaux avec les commissaires de l’UEMOA.

Les deux parties ont planché sur le projet de Mémorandum issu de la session technique, tenue du 15 au 19 novembre 2018, à Bamako. Au cours de cette session technique, le Mali a été évalué sur ses capacités d’internalisation et de mise en œuvre de 116 réformes et 16 projets communautaires.

Cette session politique était donc une occasion pour revisiter les réformes et politiques communautaires afin de donner une impulsion à leur mise en œuvre au Mali. Elle a consisté à faire, d’une part, une séance de travail entre le président de la Commission et les ministres sectoriels et, d’autre part, de présenter les conclusions de la revue au Premier ministre.

Le ministre de l’Economie et des finances a profité de son intervention pour réaffirmer l’attachement du Mali à la réalisation de cet espace communautaire harmonisé et intégré, en témoigne la présence de plusieurs ministres aux travaux.

Au terme de la revue 2017, notre pays affichait un taux moyen de mise en œuvre des réformes de 62,04% et celui de l’indice moyen de performance des programmes et projets s’établissait à 62%.

Pour la revue 2018, il ressort du Mémorandum, adopté par consensus et présenté par le Commissaire de l’UEMOA en charge du département des politiques économiques et de la fiscalité intérieure, Mamadou Makhtar Diagne, que notre pays affiche un taux satisfaisant de mise en œuvre des réformes de 77%, soit une progression de 15 points par rapport à 2017. Un niveau de hausse jamais atteint par un pays membre de l’organisation, depuis l’institution de la revue en 2014 par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’espace communautaire. D’où la satisfaction affichée par le président de la Commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima et le ministre de l’Economie et des finances, Boubou Cissé.

En tout cas, avant de conclure, le ministre des Finances a donné l’assurance que des dispositions diligentes seront prises pour lever toutes les contraintes et autres difficultés qui ont pu impacter la mise en œuvre d’une réforme ou d’un projet. Il a demandé aussi à la Commission de prendre en charge les recommandations formulées à son endroit afin de favoriser la mise en œuvre de certaines réformes et projets.

Après l’adoption du projet de Mémorandum par les deux parties, ce document a été remis aussitôt au Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga par le ministre des Finances et le président de la Commission de l’UEMOA.

YC

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here