Objectifs (3 x90) contre le sida: RPAM+ s’active auprès des communautés

Le siège du réseau des personnes vivant avec le VIH sida a abrité, hier mercredi, une conférence-débat sur le rôle de la société civile dans l’atteinte des objectifs (3 x90) prôné par l’Onu-SIDA d’ici à 2020 dans le cadre de lutte contre ce fléau. Ladite activité s’inscrivait dans la cadre de la mise en œuvre du projet RMAP+, pour l’atteinte des objectifs 3X90 au Mali.

LA conférence était animée par M. Dramane KONE, point focal de l’observatoire communautaire pour le traitement, en présence de Mme Mariam TOURE, coordinatrice des associations des personnes vivantes avec le VIH à Bamako.

En campant le décor, Mme TOURE a rappelé que la mise en œuvre de ce projet est basée sur des séances de sensibilisation couplées de dépistage. Pour le moment, les populations des quartiers de Lassa, de Badalabougou et de Sénou ont bénéficié de ces séances de dépistage suivies de causeries sur les modes de transmission et la prévention du VHI Sida.

« Les activités de sensibilisation et le dépistage contribueront à rehausser le niveau de dépistage au Mali. Les populations des localités du projet ont été mieux informées en matière de prévention et du dépistage du VIH, à travers l’implication active des conseillers psychosociaux, membres des associations des personnes vivant avec le Sida », a-t-elle dit avant de se réjouir que ce programme qui a permis déjà de dépister 1064 personnes dans les quartiers de Lassa, Banakabougou et Sénou.

Ce projet permet aussi de vulgariser les résultats d’une étude qui avait été menée par l’observatoire communautaire pour le traitement, la stigmatisation et la discrimination des personnes vivant avec le VIH. Ainsi, M. KONE a livré quelques résultats pour informer les participants sur l’état des lieux de la compréhension des populations sur le VIH-Sida. Selon lui, cette étude avait pour objectif de réunir des preuves sur la stigmatisation et la discrimination au niveau national. Il a ainsi indiqué que l’enquête a été menée auprès de 386 personnes vivant avec le VIH, dont 257 hommes, soit 37,50 % contre 429 femmes, soit 62,20 %.

« Les données recueillies ont indiqué que près de 22 % des personnes enquêter vivaient au seuil de l’extrême pauvreté, dont 8,5 % ont été exclus, à cause de leur statut sérologique. Pire, les femmes représentent 81 % des exclus », a-t-il dit. M. Koné a, par ailleurs, déploré que les résultats de ces enquêtent dorment dans les tiroirs, depuis la fin de cette étude en 2016.

Signalons que le projet est piloté par 11 associations de personnes vivant avec le Sida, dans cinq régions du Mali pour un coût global de 10 millions de francs CFA.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here