Sans Tabou: cabale contre SBM, le silence coupable de la majorité

Parmi les maux qui éclaboussent le régime du président Ibrahim Boubacar KEITA figure le manque de solidarité et de soutien face aux épreuves de l’heure. Tantôt c’est la solidarité gouvernementale qui est mise en cause, tantôt c’est le manque de soutien aux dirigeants qui est décrié. Le chef de l’Etat n’est pas au-dessus de cette mêlée. Le triste sort qu’a connu le projet de révision constitutionnelle en 2017 en est une illustration parfaite. L’on est tenté de dire que le grand défaut du pouvoir IBK est ‘’chacun pour soi Dieu pour tous’’.

Ce phénomène qui consiste à laisser à leurs tristes sorts les responsables confrontés à des difficultés est loin de connaitre son épilogue. Après le chef de l’Etat, des anciens Premiers ministres, des membres du gouvernement, des directeurs généraux, c’est le tour de l’actuel Premier ministre Soumeylou Boubèye MAIGA.

Lors du meeting de Mahmoud DICKO, le 10 février, au stade du 26 mars, le chef du gouvernement a fait l’objet d’attaque personnel. Des religieux ont outrepassé leur rôle en exigeant sa démission. Sous d’autres cieux, cette exigence des religieux serait contre-attaquée par les ténors du camp présidentiel. Malheureusement, à part le chef de l‘Etat, aucun responsable de la majorité présidentielle n’a levé le petit doit pour exprimer son soutien au Premier ministre. Cela, ne serait-ce qu’à travers un simple communiqué.

Dès le lendemain du meeting religieux, la réponse du chef de l’Etat ne sait pas fait attendre. Présent à Addis Abeba, le président IBK a exprimé son soutien total à son Premier ministre en ces termes : ‘’ « J’ai les meilleures relations avec mon Premier ministre. Il fait son travail et il le fait correctement, alors qu’il a été confronté à des défis énormes qu’il a su gérer de façon remarquable, notamment l’élection présidentielle…’’.

Malheureusement, cette position tranchée du président de la République n’a pas eu d’échos au sein de la majorité présidentielle. Cette majorité est restée silencieuse face à la pression qui éclabousse le chef du gouvernement. Ce n’est pas la première fois que le peuple malien soit témoin d’un phénomène de ce genre. Il assiste à ce spectacle ahurissant depuis l’accession du président IBK au pouvoir. Par le passé, des ministres ont dénoncé le manque de solidarité gouvernementale autour d’eux quand ils avaient entre les mains des sujets brulants à gérer. Ce manque de soutien aux actions du président et de son gouvernement impacte négativement les efforts du régime.

En tout cas, sachant que c’est l’union qui fait la force, si le régime persiste dans cette mauvaise habitude où chacun cherche à tirer la couverture sur soi, les adversaires continueront à avoir raison sur les tenants du pouvoir.

Déjà des ambitions du chef de l’Etat ont ressenti le manque de soutien. Face à cette situation, il est nécessaire que la majorité présidentielle se fasse une autocritique, se ressaisisse et travaille en équipe. Autrement, les calculs politiciens et autres querelles personnelles ne feront que saper les efforts du pouvoir et livrer les dirigeants.

PAR MODIBO KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here