Conférence sociale sur le travail : Les dessous d’un report

Initialement prévue du 14 au 18 janvier 2019, la conférence sociale sur le travail, placée sous la responsabilité du ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, Mme Diarra Raky Talla, a été reportée sine-die. Depuis, personne n’en parle. Au niveau du département en charge du Travail, les responsables semblent être en panne d’inspiration pour faire avancer le dossier.

Les rumeurs faisant passer Mme le ministre du Travail et de la Fonction publique pour « la championne des échecs » se confirment de plus en plus.

Après avoir perdu tous les bras de fer qui l’ont opposée aux syndicalistes depuis sa nomination à la tête de ce département, Raky Talla enchaîne, en effet, les échecs en termes de concrétisation des visions du président IBK.

Son « manque de charisme et son arrogance font capoter tous ses projets et initiatives », estime une source syndicale.

Sa dernière déconvenue remonte à son incapacité à faire aboutir le dossier sur la conférence sociale sur le travail souhaitée et promise par le président de la République aux travailleurs maliens.

De sources bien introduites dans ce dossier, Mme le ministre Raky Talla a encore brillé par son arrogance et son mépris dans cette conférence renvoyée aux calendes grecques.

Selon nos sources, le chef du département du Travail et de la Fonction publique, Chargé des Relations avec les Instructions, a, malheureusement, encore fait de ce dossier une occasion de règlement de compte avec l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm), considérée comme étant la centrale syndicale majoritaire au Mali.

Mme Diarra Raky Talla aurait voulu tenir ladite conférence sans la participation de l’Untm qui revenait d’une grève de 72 heures. Mais, elle a été butée au niet du gouvernement. L’intention affichée du ministre Talla aurait été de faire payer la centrale syndicale son refus d’attendre la tenue de la conférence sociale sur le travail pour voir traiter ses doléances soumises au gouvernement des mois avant.

Au regard du report de la conférence, l’on peut se demander si Mme le ministre Raky Talla a digéré sa défaite face à l’Untm qui a une fois de plus réussi à la faire plier en quatre.

La fixation d’une nouvelle date pour la tenue de la conférence sociale sur le travail attend-elle la cicatrisation de la plaie de Mme le ministre ? L’hypothèse n’est pas exclue !

Quid de la discorde sur le lieu de la conférence ?

En plus d’être sommée à faire participer l’Untm, Raky Talla devra aussi faire face un autre problème avec les participants à la conférence avant de fixer une nouvelle date. Il s’agit du problème relatif au lieu de la tenue de la conférence.

Selon nos sources, le vœu de la majorité des syndicats devant participer à la rencontre était de voir la conférence se tenir au Palais de la Culture de Bamako, perçu comme un endroit historique.

Mais, Mme le ministre, pour des raisons et des motivations dont elle est seule à connaître, serait de l’avis contraire, préférant organiser la conférence à l’hôtel Sheraton ou Maeva.

Et cela, malgré les caprices des responsables des deux hôtels qui exigeraient d’être payés en espèce.

Mandé Youssoufa

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here