Conseil d’administration de l’ANICT : Insécurités et coupe budgétaires, obstacles majeurs

La 25è session ordinaire du conseil d’administration de l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (ANICT) s’est tenue vendredi dernier, à l’hôtel Onomo, dans la salle de réunion Bakary Kamian. Les cérémonies d’ouverture et de clôture des travaux étaient présidées par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, en présence du directeur général de ANICT, Modibo Cissé, du président du conseil régional de Ségou, Siaka Dembélé, des représentants des partenaires techniques et financiers et de nombreux invités.
Au cours de la session, plusieurs points étaient inscrits à l’examen des administrateurs. Il s’agit, entre autres, du procès-verbal de la 24è session ordinaire budgétaire du conseil d’administration, de l’état d’exécution des délibérations et recommandations de cette session ordinaire, les 8è, 9è et 10è sessions extraordinaires et la 1ere session par consultation à domicile du conseil d’administration. Figuraient également au menu des travaux, plusieurs dossiers dont l’examen et l’adoption du projet de budget 2019, du rapport du président de la commission « compte et budget » du conseil d’administration, du rapport annuel de performance 2018 de l’ANICT et du projet annuel de performance de l’ANICT 2019.
Dans son discours, le ministre, Mohamed Ag Erlaf a tout d’abord fait savoir que l’exercice budgétaire 2018 du Fonds national des collectivités territoriales (FNACT) a été exécuté dans un contexte particulier pour l’ANICT. De ce fait, l’exercice de la maîtrise d’ouvrage par les collectivités territoriales dans une situation d’insécurité pour une bonne partie d’entre elles a eu un impact négatif sur la mobilisation de ressources financières allouées.
Pour prévenir la détérioration budgétaire et financière de la loi des finances 2018, le gouvernement a eu recours à une mesure d’annulation de crédits de 12,630 milliards Fcfa sur un abonnement du FNACT par le budget de l’Etat sur une prévision de 22,780 millions Fcfa, a-t-il indiqué. Pour M. Ag Erlaf, cette mesure générale de baisse du niveau des crédits budgétaires a été appliquée à tous les secteurs. Elle est survenue vers la fin de l’année à un moment où les collectivités territoriales avaient déjà mobilisé leurs droits de tirage et pris des engagements contractuels subséquents qui sont en attente de paiement au niveau de l’Agence, a expliqué le ministre Mohamed Ag Erlaf qui a rassuré les administrateurs et les partenaires techniques et financiers que cette mesure ne procède nullement d’un désintérêt de l’Etat ni pour le FNACT, ni pour la Décentralisation. Il ajoutera que la mesure est la résultante d’une conjoncture particulièrement contraignante devant laquelle l’Etat a eu recours à des choix difficiles dictés par une baisse généralisée de recettes et par l’intensité des attaques terroristes sur l’ensemble du territoire.
M. Ag Erlaf a souligné que le projet de budget de l’exercice 2019 de l’ANICT, adopté par les administrateurs, a été arrêté en équilibre des ressources et des emplois à la somme de 28,357 milliards Fcfa et les ressources d’origine extérieure sont évaluées à 4.956 milliards Fcfa, soit 17,5% environ du budget 2019. L’ANICT a entamé un vaste processus de réformes concernant sa restructuration et la régionalisation du FNACT. Elle recherche des financements innovants, comme le Fonds vert pour le climat pour conforter les collectivités territoriales dans le financement des domaines de leur compétence.
Siné S. TRAORÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here