Construction d’un campus du centre de formation professionnelle de transformation agricole de SIBY à hauteur de plus d’un milliards de francs CFA: Un projet piloté par Salaha Baby

Le 17 janvier 2019, les populations des 21 villages de la commune rurale de Siby ont été témoins oculaires de la cérémonie de la pose de la première pose de la construction d’un campus du centre de formation professionnelle de transformation agricole. C’était sous la présidence du ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la construction citoyenne, Amadou Koita entouré de ses prédécesseurs. Etaient aussi présents les partenaires allemands, les autorités administratives, politiques, religieuses et coutumières de ladite commune. Une bonne nouvelle pour le développement de la commune de Siby et environs et plus particulièrement pour les femmes et les jeunes âgées de 16 à 25 ans.

Fruit d’un partenariat décentralisé entre le Mali et l’Allemagne, ce projet qui est financé par l’ONG allemande en abrégé, CASS à hauteur d’un plus d’Un milliard (1.000 000 000) de francs CFA, permettra aux femmes rurales de se promouvoir à travers la transformation de leurs fruits sur place. Et pour la réussite, les investisseurs allemands se sont appuyés sur l’expérience d’une équipe qui a travaillé avec succès dans le Nord du Mali de 1994 à 2011 dans le cadre du programme Mali-Nord Parmi cette équipe figure Salaha Baby. C’est sans surprise qu’il fut désigné coordinateur national de ce projet. Après plusieurs missions effectuées au Mali ponctuées par des inspections et des échanges avec les autorités maliennes, Siby a été choisi comme lieu d’emplacement du projet pour deux raisons. La première c’est que le projet a été accueilli par l’administration locale et pour preuve elle a offert six hectares du domaine de l’état. Le projet a pour but de former et d’éduquer les filles et les jeunes femmes, en particulier dans la production et la transformation des aliments. Ainsi deux sites ont été retenus pour abriter ce projet. Le premier sera composé d’une direction générale, d’un bâtiment administratif, d’un dortoir et d’une restauration sur une superficie de 1 ha 100. Quant au deuxième site, il concerne la partie opérationnelle située à l’est et au nord du bureau et de la résidence du Sous- préfet. Il comprend un jardin expérimental de quatre hectares, de vergers et d’horticulture. Il y aura aussi des ateliers qui pourront transformer et conserver ce qui est cultivé et commercialisé dans la région. Ce projet bénéficiera du soutien scientifique de l’institut de l’économie rurale(IER), de l’institut polytechnique rural de formation et de recherche appliquée (IPR-IFRA), de l’ICRISAT, du centre mondial du légume(CMV). Il ne fait aucun doute que ce projet est destiné à profiter à la population en produisant la meilleure qualité c'est-à-dire à augmenter les revenus. Aussi la conservation et la transformation devraient en même temps contribuer à ce que les producteurs conservent une plus grande part de la valeur ajoutée de leur travail. Et le coordinateur national s’est engagé à respecter l’objectif fixé par les partenaires. « Je ferai tout pour mériter la confiance absolue placée en moi. Je veillerai pour que les principes de travail soient respectés pour créer une qualité durable qui passe par la maintenance des couts de suivi c'est-à-dire ceux de l’exploitation et de l’entretien ultérieurs à un niveau bas » a déclaré Salaha Baby.
Sadou Bocoum

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here