Dialogue politique: IBK et sa majorité en parfaite phase

Le Président IBK a rencontré, ce samedi 16 février 2019, aux environs de 16 heures, dans la salle des Banquets du Palais présidentiel de Koulouba, sa Majorité politique. Conduite par son président, le Dr Bokary Trétan, du Rassemblement pour le Mali (RPM), la délégation de la Plateforme Ensemble pour le Mali (EPM) forte de 150 membres comprenait outre les chefs d’institutions, les présidents de partis membres, le Premier ministre et les ministres membres de l’EPM, les représentants de la jeunesse, des femmes ainsi que ceux des représentants des Intergroupes des députés et des élus nationaux.

Après avoir remercié, au nom de sa délégation, le président IBK, pour avoir pris l’initiative de cette rencontre dans le cadre du renforcement du dialogue politique pour la paix et la stabilité au Mali et du rassemblement de tous les fils et toutes les filles du pays, le Dr Bokary Tréta a donné la parole au président de l’UM-RDA, le Dr Ibrahim Bocar Bah pour décliner à l’attention de l’hôte des lieux le contenu du mémorandum de sa Majorité.

Prenant la parole le Dr Ibrahim Bocar bah, porte-parole de l’EPM et par ailleurs Conseiller spécial à la Présidence après un survol sur les circonstances de la création de la Plateforme Ensemble pour le Mali et ses objectifs, notamment son indéfectible soutien et son accompagnement constant au président IBK et à son gouvernement pour le développement socio-économique du Mali dans la paix et la stabilité, a adressé les vœux de nouvel an de la Majorité au président IBK, au Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga et à toute l’équipe gouvernementale.

Au nom de tous les partis politiques membres de la majorité présidentielle qui ont souverainement décidé de soutenir, dès le premier tour la candidature de IBK, à l’élection présidentielle de 2018 ainsi que des 7 candidats qui ont rallié, au second tour, le porte-parole de la Majorité félicitera le président IBK pour sa brillante réélection et pour sa récente désignation par ses pairs comme coordinateur pour la culture, les arts et le patrimoine lors du 32e Sommet ordinaire de l’UA à Addis-Abeba.

Pour ce qui est du « mémorandum » proprement dit, le Dr Bah situera le contexte qui est celui des actions menées et/ou entamées par la majorité présidentielle, depuis le 4 septembre, et de leurs perspectives, notamment dans le cadre des réformes constitutionnelles politiques et intentionnelles, notamment la révision de la constitution du 25 février 1992, mais aussi l’appui au gouvernement sur le front social et à la paix et la sécurité, l’apaisement du front social et la décrispation du climat social qui demandent des sacrifices budgétaires énormes visant l’amélioration des conditions de vie des populations, etc.

Mémorandum EPM

Après avoir salué la montée en puissance de nos Famas et de leur résilience, la signature du protocole d’accord entre le gouvernement et l’UNTM qui ouvre la bonne voie à la tenue de la conférence sociale, l’instauration d’un cadre de concertation avec le Premier ministre, l’EPM, par la voix de son porte-parole du jour, plaide pour une synergie d’action entre gouvernement et majorité en vue de réussir le challenge des réformes institutionnelles et politiques dans l’inclusivité et dans l’apaisement politique.

Pour ce faire, la majorité politique demande au Chef de l’État une meilleure coordination en vue de l’information, la sensibilisation et la mobilisation des populations maliennes pour la tenue, dans le respect des délais légaux, du référendum et les élections législatives.

Parce que le socle du soutien au programme notre Maliba avance (« An Ka Maliba, bè ka tagnè ») le Dr Ibrahim Bocar Bah a tenu à rassurer d’emblée le locataire de Koulouba : « La vraie victoire sera celle de réussir ce second mandat. C’est l’occasion de vous réitérer notre ferme engagement à soutenir de toute notre force l’action gouvernementale sous votre impulsion et votre leadership. Nous soutenons les efforts que mène, au quotidien, l’équipe gouvernementale, conduite par Monsieur Soumeylou Boubeye Maiga ».

Hommage d’IBK à sa majorité

En réponse au mémorandum, le président IBK, a exprimé sa joie de retrouver sa Majorité, a rendu un vibrant hommage à celle-ci pour ses initiatives d’ouverture dans le cadre du dialogue politique. Parce que le président IBK se dit convaincu que « la paix et la stabilité supposent qu’au-dedans, les enfants du même pays » se parlent : « ce que l’EPM a fait donc et est en train de conduire tout doucement, mais de manière ferme et vigoureuse vers l’atteinte de cet objectif premier : le confort national aux fins d’avancer et de partir ensemble… C’est que vous avez compris en vous dépensant sans compter pour rapprocher les lignes, pour aller à l’autre, pour aller au frère qui n’a pu demeurer insensible à cela… »

Comme un hommage justifié aux efforts de sa majorité qui se concluent aujourd’hui par une décrispation visible, le président IBK dira « j’eusse été en reste et de loin si je n’avais à mon tour fait le geste de votre confort en prenant mon téléphone et en appelant mon jeune frère Soumaila… ce n’est pas un grand sacrifice d’appeler un jeune frère et de souhaiter (le rencontrer). Je le ferais les jours à venir, dans le prolongement de ce que vous avez entrepris. »

Comme on peut le voir, grâce aux bonnes initiatives de Tréta, contrairement au premier mandat, le président IBK semble en parfaite phase avec sa majorité lorsqu’il dit sur un ton satisfait : « on se surprend même à regretter qu’elle n’ait pas été mise en place plus tôt ».

Les attentes d’IBK envers sa Majorité

Envers sa majorité, le président IBK a formulé des attentes fortes. « Parce que, dit-il, aucune action gouvernementale ne peut prospérer, s’il n’y a pas le socle du soutien populaire qui ne peut être animé que par vous, les partis de la majorité présidentielle ».

Aussi, instruit-il au président Bokary Tréta, à ses pairs de EPM ainsi qu’à leurs militants encore plus d’ouverture et de cohésion. Le président IBK a donc appelé la majorité à s’impliquer fortement non seulement pour soutenir et accompagner le gouvernement, mais aussi pour travailler en parfaite symbiose. Plaidant pour l’unité et l’entente parfaite au sein de sa majorité, le président IBK dira : « Je dois vous engager également à considérer le gouvernement, comme votre gouvernement, le chef du gouvernement comme à votre service, au service de la majorité présidentielle. Vous avez le devoir de leur soutien loyal, la cause est nationale. Donc, qu’il n’y est pas la moindre fissure possible, le moindre passage possible pour le moindre margouillat (…) Le gouvernement tout seul ne peut rien. Le chef du gouvernement ne peut rien si vous ne l’accompagnez pas, s’il n’est pas accompagné par l’ensemble des fils et filles de ce pays -à vers le progrès qu’attend le peuple malien ».

Quid des frictions et des déchirures ?

Pour révéler le challenge, le président IBK appelle sa majorité à l’unité d’action dans la solidarité et la franchise : « de notre solidité de front, dépendront les résultats futurs, la confiance, la solidarité, l’amitié vraie. Se parler en vérité sont les seuls remèdes qui valent ».

Les recettes du président IBK s’appellent solidarité, vérité, sincérité et confiance mutuelle. Pour y parvenir, il faut bannir les approches improductives, surtout exclure des rangs les fumistes, les délateurs et autres colporteurs de ragots. L’hôte de la rencontre ne va pas par 4 chemins, il demande à ses partisans : « Chassez les porteurs de petites chaussures (« sanbarani tiguiw), chassez-les, qui viennent nuitamment pour raconter des ragots, chassez-les ! Ils ne viennent pas chez-moi, car ils savent quel accueil je les réserve, évitez ceux-là.

S’il y’a quelque chose qui trouble votre sommeil, ouvrez-vous-en à l’autre, au frère, discutez-en et avançons. Nous n’avons de place pour ça. Nous sommes au service du Mali et des Maliens.

Pour ce qui est de l’opposition ?

Actualité oblige, le président IBK a évoqué sa conversation téléphonique avec le chef de file de l’opposition, son frère Soumaïla Cissé qui ne reconnaît pas toujours son élection. Pour le président IBK, comme par le passé, il se fait l’apôtre du sursaut national. Ouvert au dialogue et à l’inclusivité, l’homme, dont la main est toujours restée tendue, rassure sa majorité : «je ne considère aucun de mes frères comme un ennemi. Aucun ! Nous pouvons avoir des divergences sur la même manière de conduire les affaires, sur la Vision à terme, mais s’il est vrai que nous avons le même amour de ce pays, nous ne pouvons que nous retrouver en un pont de convergence pour le bonheur du Mali et des Maliens ».

Par Sikou Bah

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here