Les partisans d’IBK s’insurgent contre les propos de l’imam Mahmoud Dicko

La Maison de la presse a abrité la conférence de presse des faîtières des associations, organisations, mouvements et clubs de soutien à Ibrahim Boubacar Keïta, président de la République du Mali. Objectif : attirer l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur les propos «incendiaires» tenus par certains leaders religieux dont l’imam Mahmoud Dicko.

Vendredi, le 15 février, ils étaient là, Mansour Cissé, Abdoul Niang, Boubacar Fané et d’autres présidents d’associations de soutien à IBK. Après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes de la crise notre pays, le président Mansour Cissé a procédé à la lecture de leur déclaration sur la situation actuelle du pays.

Dans laquelle, il fustige ouvertement le comportement «maladroit» de plusieurs leaders religieux dont le président du Haut conseil islamique du Mali (Hcim), l’imam Mahmoud Dicko. Selon M. Cissé, dans un pays comme le nôtre, les religieux n’ont pas leur place dans la politique. Ils ont comme mission primordiale, selon lui, la réconciliation des cœurs et des esprits des citoyens.

De son côté, Abdoul Niang a fustigé le comportement de certaines personnalités au Mali dont l’imam Dicko du Hcim. Aux différents leaders religieux, il demande de s’abstenir de faire l’apologie du terrorisme au risque de s’exposer à la rigueur de la justice. Il a d’ailleurs demandé à la justice de se saisir de certaines déclarations incendiaires qui se font dans notre pays.

M. Niang a aussi déploré ce qui est en train d’être fait par l’imam Mahmoud Dicko au sujet du président de la République. Selon lui, son combat n’est dirigé contre qui que ce soit, mais il est contre les leaders religieux qui se croient tout permis au Mali.

Répondant à une des questions qui lui a été adressée, M. Abdoul Niang dira qu’il est au présidium de la présente conférence pour défendre l’article 22 de la Constitution malienne. À l’en croire, les propos tenus par l’imam Dicko, lors de son meeting, le 10 février dernier, étaient destinés à déstabiliser le Mali et non pour une prière. Pour sa part, Bouba Fané a abondé dans le même sens que ses prédécesseurs.

Ousmane DIAKITE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here