Tiebilé Dramé, Président Du Parena: «Le régime en place est responsable de la dégradation et du pourrissement de la situation du centre…»

Le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), TiébiléDramé, a animé une conférence de presse le jeudi 14 février 2019 à la Maison de la presse. Les sujets abordés lors de cette conférence étaient entre autres : les crises sécuritaire, politique, institutionnelle, financière et le mécontentement social.

De prime abord, le président TiébiléDramé a dénoncé les crises multidimensionnelles auxquelles le Mali est confronté dont la combinaison menace les fondations de notre Nation.

Selon le président Dramé, le Mali est confronté à une crise sécuritaire persistante qui s’est étendue du nord au centre et a causé en 2018 la mort de plus de 1800 personnes. S’y ajoute la crise politique née de la dernière élection présidentielle organisée sous l’empire de la fraude.

Pour TiébiléDramé, le pays vit d’une crise institutionnelle qui plonge dans un déficit de légitimité la quasi-totalité des institutions constitutionnelles ; un mécontentement social sans précédent, une multiplication vertigineuse des grèves des travailleurs ; une grave crise financière résultant de la mauvaise gouvernance endémique du pays.

Sans tourner autour du pot, le président du PARENA a affirmé que ces dérives sont les fruits d’une mauvaise gouvernance. Or, « sans bonne gouvernance, il est impossible de lutter avec succès contre le terrorisme qui endeuille chaque jour le Mali ».

Faisant l’état des violences dans le pays, il a dénoncé qu’en 2018 elles ont entraîné la mort de plus de 1800 personnes au Mali. Ces chiffres sont en hausse par rapport à l’année 2017 qui avait enregistré 716 personnes tuées, précise-t-il.  Pour lui, le nombre élevé de morts en 2018 est le reflet d’une situation sécuritaire particulièrement dégradée au Centre et au Nord-est.

A en croire le président Dramé, plusieurs dizaines de donsos (chasseurs) ont été exécutés par les djihadistes les 22 et 23 avril 2018.

  1. Dramé exige du gouvernement de dire la vérité aux Maliens sur la situation au centre. Il doit dire aux Maliens qui sont les protagonistes de la guerre du centre ? D’où viennent-ils ? Des non Maliens participent-ils à la guerre du centre ? D’où proviennent les armes de guerre utilisées au centre ? Qui en sont les fournisseurs ?

Face à cette situation, le PARENA, pour sortir le pays du gouffre, recommande au régime de se démarquer en paroles et dans les faits de tous les groupes armés irréguliers et illégaux ; mettre en place une commission indépendante d’enquêtes pour faire la lumière sur les graves violations des droits humains perpétrées au centre ;  rechercher et punir tous les auteurs et complices  des crimes abominables ; enquêter sur l’origine des armes de guerre et leur circulation dans les régions de Ségou et Mopti ; démanteler les check-points illégaux installés au vu et au su des autorités locales et régionales;  désarmer et dissoudre les milices;  déployer dans le centre des observateurs indépendants des droits de l’homme;  organiser des patrouilles régulières FAMa- Force MINUSMA ;  convoquer des assises régionales sur la restauration de la sécurité, de la stabilité et sur la bonne gouvernance au centre.

Oumar SANOGO 

 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here