Rapprochement entre IBK, Alpha, Soumaila : Un dialogue inclusif sans les religieux est-il possible ?

Il n’ya pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, le président El Hadj Ibrahim Boubacar Keita a compris cela, c’est pourquoi il a amorcé un rapprochement spectaculaire avec le président Alpha Oumar Konare et le chef de file de l’opposition l’honorable Soumaila Cisse. Ce rapprochement est la conséquence directe du grand meeting organisé par le président du Haut Conseil Islamique du Mali l’Imam Mahmoud Dicko avec la bénédiction du chérif Nioro M’Bouillé Haidara. Meeting au cours duquel, ils ont adressé un ultimatum au président pour qu’il destitue son premier Ministre SoumeylouBoubeyeMaiga. Pour faire barrage aux deux dignitaires religieux, le président IBK a décidé d’arracher la dent cariée de la discorde et de le mettre dans les catacombes. Sur les ondes de l’Office des Radios Télévisions du Mali il a reconnu avoir appelé son jeune frère l’honorable Soumaila Cisse son challenger pendant les deux dernières présidentielles que le Mali a connu.

Ce coup de fil du locataire de Koulouba a été perçu par bon nombre de maliens comme le début de la désescalade entre le Front pour la Sauvegarde pour la Démocratie FSD dont le leader n’est autre que le chef de file de l’opposition l’honorable Soumaila finaliste malheureux de deux scrutins présidentiels face à Ibrahim Boubacar Keita .

En mettant de l’eau dans son vin, le président vise un seul objectif isolé certains leaders religieux avec lesquels il n’est plus en odeur de sainteté. Apparemment le déclic est venu d’Addis-Abeba où s’est tenu le 32eme sommet de l’Union africaine. Au cours du sommet, il a échangé a bâton rompu avec l’ancien président Alpha Oumar Konare dont il a été le premier Ministre pendant 6 ans. Entre les deux hommes l’atmosphère était chargée d’électricité, mais ce n’est plus le cas. Ces trois leaders qui ont dominé le landerneau politique pendant ces dernières années se connaissent suffisamment. Au-delà, les états – major politiques des deux bords politiques qui sont l’EPM et le FSD ont multiplié les initiatives pour amorcer un véritable dialogue pour sortir le Mali du mauvais pas. Avant le coup de fil du président de la République, le président du parti des tisserands Dr BocaryTreta a fait le déplacement de Badalabougou pour aller à la rencontre du président du parti URD et non moins chef de file de l’opposition le député Soumaila Cisse. Fuyant les cameras, ils ont abordé les questions brûlantes de l’heure auquel le Mali est confronté. Le moins que l’on puisse dire c’est que la classe politique dans son ensemble embouche dans la même trompette pour qu’il ait dialogue national condition sine-qua-non pour les futures élections à savoir le référendum, les législatives et les régionales puissent se tenir dans conditions acceptables pour tous les partis. Après la rencontre entre les deux formations politiques, c’est les deux grands rassemblements de la classe politique qui ont fait bouger les lignes. D’ailleurs le président qui a confirmé le coup de fil sur les ondes de l’ORTM a expliqué que c’était à la faveur d’un cadre d’échange entre le Président et la coalition Ensemble Pour le Mali majorité présidentielle. Sans être dans le secret des Dieux, de source bien introduite, le président de la République à travers ce coup de fil a souhaité rencontré son jeune frère pour passer au peigne fin toutes les questions d’intérêt national. Cette main tendue a été acceptée par le natif de Niefunke qui a toujours indiqué de vive voix que tout ce qui va dans l’intérêt du peuple malien est la bienvenue. Rappelons que ce rapprochement entre les deux camps intervient à un moment où on assiste à la montée en puissance de deux dignitaires religieux à savoir le chérif de Nioro M’Bouillé et l’Imam Dicko deux anciens alliés du président IBK qui ont tourné les talons pour disent-ils protester contre la mauvaise gouvernance qui est entrain de gagner du terrain sur fond de tueries sanglantes au nord est et au centre du pays. L’honorable Cisse qui a dans un communiqué confirmé le coup de fil a affirmé que dés son retour, il informera la présidence de la République pour que toutes les dispositions soient prises pour que cette rencontre se fasse conformément aux aspirations du peuple malien qui veut sortir du pétrin. Reste pour le FSD de convaincre le leader du PARENA Tiebile Dramé qui reste opposé à tout rapprochement avec le camp présidentiel.

Badou S. KOBA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here