Forum international sur le coton : L’atteinte des objectifs de 800.000 Tonnes de coton graine, un défi à relever

Le Président de l’APECAM, M. Bakary Togola a procédé au lancement officiel du Forum International sur le Coton, prévu du 07 au 09 mars 2019 à Bamako, organisé par l’Association des Jeunes pour la Valorisation du Coton, le 16 février 2019 au Mémorial Modibo Kéita. En compagnie du président de cette association, Abdel Rahmane Sy, M. Ousmane Coulibaly, Représentant du centre de Développement de l’Artisanat et du Textile, du Représentant de la CMDT, du président de FENACOM, du Président d’honneur, Ouali Diawara, de l’invité d’honneur M. Maouloud Ben Kattra, ancien Ministre, le Président de l’APECAM, Parrain de l’évènement a donné le coup d’envoi des festivités marquant la deuxième édition de ce forum qui mobilisera les exposants et participants venus du monde entier.

Pour cette troisième édition, le thème choisi est : « L’atteinte des objectifs de 800.000 Tonnes de coton graine et la valeur ajoutée de 15% de transformation locale ».

Ce thème est évocateur des ambitions du gouvernement à vouloir promouvoir l’industrie textile au Mali, créatrice d’emplois et de la valeur ajoutée.

Dans leurs discours solennels, les officiels ont tous salué l’initiative de ces jeunes de l’association pour la valorisation du coton à vouloir organiser ce forum.

Président d’honneur, Ouali Diawara

« Je suis avec ces jeunes depuis quatre ans, de Koutiala, Kita, avec l’appui du Président Bakary Togola et de la CMDT. C’est un message de félicitation et d’encouragement à ces jeunes qui depuis quatre ans ont eu cette initiative de valoriser notre coton, non seulement en essayant de faire booster la production en allant vers les producteurs à la base, mais aussi essayer d’impulser la consommation locale du coton ».

L’invité d’honneur M. Maouloud Ben Kattra, ancien Ministre

« Je suis un invité d’honneur très à l’aise à côté du premier cotonculteurs Bakary Togola. Si nous sommes premier producteur de coton en Afrique, c’est parce que quelque part, il y a une politique de l’Etat qui a marché. C’est parce qu’il y a une volonté politique clairement affichée et engagée au niveau de nos plus hautes autorités, et surtout le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, qu’i faut saluer. On peut mettre les moyens au niveau des acteurs, mais s’ils ne sont pas motivés et engagés, il n’y aura pas de résultats. Cela veut dire que les moyens ont été mis à la disposition d’hommes capables disposés et engagés. C’est là qu’il faut saluer l’APECAM, les cotonculteurs et la CMDT. C’est le lieu de saluer l’initiative de ces jeunes, qui depuis un certain nombre d’années donnent la chance à travers ce forum international à d’autres acteurs non seulement locaux mais internationaux pour parler de cette matière première qui jadis a fait la fierté de notre pays depuis l’Empire du Mali. Le coton du Mali était connu mieux que celui de l’Egypte. Le coton du Mali était transporté jusqu’en Arabie Saoudite pour faire des tissus pour ramener ici. Si le coton fait aujourd’hui la fierté du Mali, chacun de nous doit s’y mettre. Voilà pourquoi, je me suis engagé auprès de ces jeunes, pour faire des plaidoyers, pour qu’ils aient la chance d’aller jusqu’au bout de leurs ambitions. Il faut aussi les féliciter parce qu’ils le font pour leur pays ».

Le Représentant de la CMDT

« C’est un moment très important pour la CMDT d’intervenir sur ce plateau en parlant d’une question qui reste essentielle pour le développement socio-économique de notre pays. Qui parle de coton, parle d’une ressource vitale pour l’économie de notre pays. Le coton, c’est plus de 11% du PIB de notre pays, c’est de 22% des recettes d’exportation, plus de 4.000.0000 de personnes tirent leurs ressources du coton, c’est aussi booster le développement au niveau des cercles de Koulikoro, de Sikasso, Koutiala, Ségou. Les grands défis que nous faisons face en tant que société cotonnière sont en phase d’être relevés. Je veux parler du défi de la production et de l’égrenage avec une capacité totale de 620.000 Tonnes. Depuis deux campagnes successives, le Mali a arraché le rang de premier producteur d’Afrique. C’est une prouesse qui tire sa source d’une volonté politique.

Le seul défi qui reste à relever est le défi de transformation. Le thème du forum est très pertinent. Ce thème doit nous interpeler tous, acteurs du coton. Le Kg de coton brut est à 950 FCFA. Transformé il nous revient à 7000 FCFA. Cette marge qui échappe à notre économie doit nous interpeller nous tous ».

Bakary Togola

« Je suis le plus heureux de tout le monde dans cette salle. Parce qu’aujourd’hui, je suis un paysan, un cultivateur de coton, et Président de l’APECAM (Confédération de producteurs de coton). Cela veut dire que, je suis responsable de moi-même.

Notre souhait aujourd’hui, ce n’est pas la production seulement. Mais il faut mettre l’accent sur la transformation et la commercialisation.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here