Rencontres politiques : IBK retrouve les siens, Soumi consulte sa base

Après le coup de file entre IBK et Soumi, chacun d’eux consulte son état-major politique pour préparer sa stratégie afin de tirer un meilleur profit du jeu politique.

Visiblement, le président de la République IBK et le chef de file de l’opposition Soumaila Cissé s’inscrivent tous deux dans la dynamique de la réconciliation pour la reconstruction du Mali. Les deux hommes constituent l’épicentre de toute l’agitation politique qu’a connue le pays après l’échéance de la présidentielle de 2018. Chacun voulait avoir la légitimité aux yeux du peuple malien et de la communauté internationale pour diriger le pays.
Les urnes ont finalement décidé de donner à IBK une seconde chance pour mettre son savoir-faire en œuvre afin de résoudre les problèmes actuels qui rythment le quotidien du peuple malien. Les partisans de Soumi avaient, à l’époque, criée à la fraude et au coup d’Etat constitutionnel. Depuis lors, l’un et l’autre (IBK et Soumi) directement ou par personnes interposées se jettent de fléchettes avec un style parabolique et métaphorique.
Pour décanter situation entre les deux hommes, il n’y a pas d’autre alternative que le rapprochement direct. IBK a fait le premier pas vers Soumi à travers un appel téléphonique confirmé par IBK en personne. Et l’initiative vient de lui, car, disait-il, avoir décidé « à appeler son jeune frère pour échanger ». Soumaila Cissé a été surpris par le coup de fil d’IBK dans cet après-midi du jeudi 14 février 2019. C’est IBK, lui-même, qui le dit : « C’est bien moi, c’est naturel ». Cela pour décrisper la situation politique.
Deux raisons principales sont à la base de ce coup de fil : IBK veut rencontrer et échanger avec la classe politique et il n’est pas question de recevoir tout le monde sans le chef de file de l’opposition. L’autre raison est la prochaine visite du Premier ministre français au Mali. Il viendra avec une forte délégation et doit échanger avec tout le monde. C’est sur instruction de la partie française qu’IBK aurait fait signe à son jeune frère sans oublier aussi que le grand meeting du Haut conseil islamique qui a fait peur à Koulouba.

IBK et le RPM
Cinq jours après ce coup de file entre les deux hommes, c’est-à-dire dans l’après-midi du mardi 19 février 2019, IBK a réuni son état-major politique. Les membres du BPN du RPM et le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, président fondateur du Rassemblement pour le Mali (RPM) se sont rencontré. L’ordre du jour, dit-on, portait sur la vie du parti et de la nation. Cette rencontre était placée sous le signe des premières grandes retrouvailles politiques entre le RPM et IBK depuis sa réélection lors de l’élection présidentielle de 2018 pour un second mandat à la magistrature suprême.
L’occasion en valait la peine et tous ténors du parti étaient tous là en face de IBK : le président du parti, le secrétaire général, les représentants des bureaux des jeunes, des femmes, les députés, les groupes parlementaires, les conseillers nationaux, les ministres. Certes la raison avancée pour justifier la rencontre était rationnelle mais il y a également beaucoup de dessous qui donnent matière à réflexion.
D’abord, le coup de file entre IBK et Soumi qui est annonciateur de bonne nouvelle. Cet échange téléphonique entre les deux hommes a permis d’envisager une alternative pour mettre un terme à la crise. Donc tout naturellement cette rencontre peut avoir comme un objectif caché la création d’un terrain d’entente entre les deux partis (RPM et URD) ainsi que leurs présidents. Certainement dans un proche délai, une rencontre peut être initiée pour officialiser la réconciliation définitive entre IBK et le président du FSD.
Quoi qu’il en soit, cette rencontre a été un moment de réconfort pour Tréta et les autres ténors du RPM. Surtout leur seul souhait d’avoir un tête-à-tête avec IBK alors que ce dernier ne dispose d’aucun temps. Il l’a fait savoir au sortir de cette rencontre à huis clos : « Nous sommes très heureux de cette rencontre, nous pensons repartir requinqués, remotivés. Nous nous sommes engagés à assurer un plus grand portage politique de la révision constitutionnelle dont le président de la République a l’initiative ». Ensuite, certains ténors ne portent pas le Premier ministre dans leur cœur. Même si en sa présence ils font bonne figure, ils souhaitent lui donner une leçon en l’éloignant du président.

Le FSD et Soumi au centre
Le même jour de la rencontre entre IBK et les siens, le FSD a lui aussi de son côté initié une rencontre autour de son président Soumaila Cissé pour faire le point sur la situation. La nouvelle qui occupe tous les esprits des deux camps est l’entretien téléphonique entre les deux hommes. Le FSD aussi s’est probablement réuni pour coacher son mentor afin de tirer de bons dividendes de la partie pendant la future rencontre entre IBK et la classe politique.
Boncane Maiga.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here