Vie politique: Le MC-ATT souffle sa deuxième bougie

Dans le cadre de la célébration du deuxième anniversaire de leur regroupement, Jeamille Bittar le Président du Mouvement Citoyen pour l’Alternance, le Travail et la Transparence (MC-ATT) a animé une conférence de presse le vendredi 22 février 2019. C’était au siège du parti, à Badalabougou, en présence des responsables, des militants et sympathisants du parti.
Après avoir souhaité à tous des vœux ardents de bonheur et de prospérité au nom du parti et à son nom propre, le Président Jeamille Bittar, a fait savoir que ces vœux s’adressent singulièrement à la presse du monde et à celle du Mali.

Selon lui, la presse continue de payer un lourd tribut pour le triomphe de la démocratie, de la justice sociale, de la paix et du développement. Plus loin, il dira de 1991 à ,nos jours, le Mali compte plus de 120 titres de journaux, une vingtaine de presses en ligne, plus de 400 radios et une vingtaine de télévisions libres en attente d'être autorisées par la HAC, la haute autorité de la communication. « Quel dynamisme? Malgré tout, des morts ou disparitions de journalistes sont signalées, quand ce ne sont pas des menaces ou des procès intentés à leur encontre, au nom des limites de la liberté de la presse », a-t-il souligné. Parlant des deux ans et de la vie du parti, il dira que son implantation se poursuit à Bamako, à l'intérieur et hors du Mali.

De même, qu’ils ont créé un regroupement de partis dénommé: « Pôle Politique du consensus ». Mais que face aux enjeux de l'élection présidentielle, ils ont marqué une pause pour mieux décrypter le ciel politique du pays, où-tant de nuages se sont amoncelés, nécessitant en même temps l'acquisition d'instruments de navigation efficaces pour sceller une alliance stratégique en vue de la désignation de celui qui pourrait mieux porter le destin du peuple malien. Au dire de Jeamille Bittar cet exercice compliqué leur a conduits eux-mêmes à geler leur propre candidature. « Nous avons expliqué que cette décision bien réfléchie était la dédicace que nous avons faite pour le Mali, dans la mesure où nous considérions que sous l'orage, les passions claniques et partisanes devaient céder la place au Mali réconcilié avec lui-même », a-t-il insisté.

En ce sens, il a indiqué qu’ils ont choisi la Coalition « Ensemble pour le Mali » pour soutenir la candidature du Président Ibrahim Boubacar Keita pour un second mandat. « C'est heureux que nous ayons pu figurer en bonne place et au premier rang dans le camp qui a gagné la présidentielle de 2018. Mais les nuages dans le ciel du Mali ne se sont pas dissipés pour autant, même si cette élection que la classe politique observait elle-même de manière dubitative venait concrétiser, la volonté des maliens et des maliennes de préserver les acquis démocratiques du 26 Mars 1991 »,

Plus loin, il a fait savoir que la clef de voute de la page qui s'ouvre après cette élection devra être consacrée à l'avenir et à la réconciliation des Maliens et des maliennes. « Ce sera l'agenda du Mali. Ce n'est pas un ressassement du même, mais un rappel indispensable», a-t-il indiqué. Pour lui, les nombreux chantiers sur lesquels le Mali est attendu, figurent entre autres la mise en œuvre de l'Accord issu du processus d'Alger, les réformes constitutionnelles, le découpage administratif et territorial...

Cependant, il dira que la rentrée politique du MC-ATT en préparation leur permettra d'affiner leur stratégie d'orientation politique et de déterminer les nouvelles étapes qu’ils auront à aborder, dans le cadre de la consolidation de leurs alliances à revisiter. Concernant la situation du pays, il a déclaré qu’ils ont déclaré que face à la dégradation accélérée de la situation sécuritaire du pays, qu'il est urgent d'agir de manière proactive pour vaincre l'ennemi invisible dont le rayonnement asymétrique embrase toujours le Nord et le centre, mais aussi la capitale.« Il devient si pernicieux, qu'il se déguise prodigieusement comme un prosélyte au sein de la population et oppose des ethnies qui ont vécu en parfaite symbiose et qui inaugurent l'ère des affrontements fratricides et surréalistes », a précisé le Président Jeamille Bittar.

Pour le Président du parti MC-ATT, ils savent que la présence des nombreux partenaires au chevet du Mali ne modifierait la donne actuelle, que si les maliens eux ¬mêmes décident de créer une sainte alliance pour conjurer les démons. « En interrogeant notre histoire nationale, il est aisé de constater à travers-les trajectoires géopolitiques et géostratégiques auxquelles notre pays n'échappe guère, la présence d'une bouée de sauvetage au milieu de la tourmente, à laquelle nous devons nous accrocher », a-t-il expliqué. Tout en ajoutant, que le « Pôle politique du consensus » dont le lancement a été retardé devra impérativement se mettre en ordre bataille pour y participer.

Ousmane Baba Dramé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here