Affaire démission de l’ex DG ENA: ceux qui défendent, ceux qui pourfendent

Depuis quelques jours, il y a plusieurs commentaires sur la démission de l’ex DG de l’ENA suite aux déclarations du ministre Porte-parole du Gouvernement, Amadou KOITA, et au démenti apporté par l’intéressé lui-même. Alors, il y a ceux qui soutiennent l’ex-DG, à cause de son intégrité, et ceux qui le jettent en pâture pour des considérations qui leur sont propres. Voici deux réactions différentes sur le Pr Amadou KEITA, l’ex-DG.

La défense de Konimba

Au sujet de la démission du Pr Amadou Kéïta du poste de DG de l’Ecole Nationale d’Administration du Mali: la gestion des affaires publiques avec intégrité et courage

En raison de sa réputation de cadre compétent et intègre qui a le sens du service public, le Pr Amadou Kéïta a été nommé DG de l’ENA par le Premier Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Il a organisé le concours d’entrée à l’ENA en 2017 en toute indépendance de façon clean. Mr Abdoulaye Idrissa Maïga, un patriote d’une grande intégrité aussi, lui avait signifié qu’il ne recevra aucun ordre de lui-même à ce sujet et de ne tenir compte d’aucune intervention que d’autres pourraient lui imputer en faisant du trafic d’influence.

Cette année le PM interfère dans ce processus au motif qu’il a des preuves que des actes de corruption ont entaché la régularité du concours qu’il a décidé d’annuler avant même que le jury du concours n’est terminé ses travaux. Le respect du PM pour le peuple malien, le jury du concours et la DG de l’ENA voudrait qu’il :

(1) Donne d’abord des réponses claires à la nation toute entière (sinon au DG de l’ENA dans un premier temps) aux questions de savoir quels sont les agents corrompus, qui les a corrompus et au profit de quels candidats ?

(2) Etablisse ensuite que l’ampleur de la fraude est telle que la seule solution est l’annulation de concours : si le bénéfice de la fraude est circonscrite à un nombre insignifiant de candidats et qu’en plus ils ne figurent pas sur la liste provisoire des admis, rien ne justifierait l’annulation d’un concours que nos enfants préparent depuis des années. La prudence voudrait d’ailleurs que le PM fournisse au DG de l’ENA le nom des candidats au profit desquels des actes de corruption ont été commis pour qu’il vérifie s’ils figurent effectivement sur la liste provisoire des admis que le jury établirait à la fin de ses travaux (si tant est que le DG lui-même n’est pas directement en cause comme le lui a fait savoir la Primature pour le convaincre de revenir sur sa démission) ;

(3) Traduise les corrompus et les corrupteurs devant les tribunaux tout en prenant immédiatement les sanctions disciplinaires contre les cadres de l’Etat impliqués.

La façon de procéder du PM laisse croire à une tentative d’intimidation du DG de l’ENA et de trafic d’influence pour des motifs inavoués mais qu’on peut facilement deviner.

Je connais personnellement Amadou Kéïta dont l’intégrité, la compétence et l’engagement pour le Mali n’ont jamais été pris à défaut aux différents postes de responsabilité de haut niveau qu’il a occupé jusqu’à sa nomination comme DG de l’ENA : Professeur d’enseignement supérieur et premier Doyen de la faculté de Droit Public de l’Université des Sciences Juridiques et Politiques ; Membre de la Cours constitutionnelle du Mali, et Conseiller spécial du Médiateur de la République. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il s’agit aussi d’un cadre courageux capable de renoncer à un poste de premier plan en disant non à l’inacceptable de la part de sa hiérarchie. Coupe de chapeau !!! Cela rappelle un certain Soumana Sacko (ancien Premier Ministre), Malick Coulibaly (ancien Procureur ayant démissionné de la magistrature pour sauvegarder son intégrité et qui a été ministre de la justice par la suite), Tamtam LY (ancien Premier Ministre), et bien d’autres. Le Mali peut compter encore sur des cadres courageux, intègres et compétents pour se relever. Alléluia à ces dignes fils du Mali !!! Nous devons les soutenir de toutes nos forces pour encourager d’autres à faire pareille.

Si Amadou Kéïta était un cadre véreux, jamais il n’aurait pris le risque de s’exposer en agissant comme il l’a fait. L’amateurisme dont le PM a fait preuve dans cette affaire dépasse simplement l’entendement mais j’espère qu’il aura compris pour de bon que nous ne laisserons pas prospérer ces pratiques malsaines de mauvaise gouvernance au service d’intérêts inavoués.

Indignez-vous contre ces pratiques malsaines de mauvaise gouvernance et engagez-vous pour les combattre pour que la gouvernance vertueuse soit. Il y va du redressement de notre pays, le Mali.

Salutations militantes

Konimba Sidibé

Président du MODEC

Bamako Mali

Tel : +223 76 40 20 30

La contre-attaque

Mr le ministre Konimba Sidibé,

Je comprends que vous soyez fâché pour n’avoir pas été reconduit au Gouvernement. Mais, de là à tomber dans des travers ne saurait s’expliquer et se comprendre.

En effet, si la bonne foi était de mise, l’on ne saurait accuser le Premier ministre de manipulation, fraude ou autre dans cette affaire.

Il a simplement décidé d’annuler le concours.

Ce que confirme Mr Keïta lui-même.

Vous dites connaître Mr Keïta. Ok.

Donc, vous savez qu’il a été nommé à la tête de l’ENA par le Premier Abdoulaye Idrissa Maïga alors qu’il n’a pas postulé à l’appel à candidatures lancé pour le poste.

Savez-vous pourquoi ? Pour service rendu, car il a tripatouillé les résultats des élections législatives de 2013 de Gao au profit du RPM quand il était à la Cour constitutionnelle.

La belle-sœur d’Abdoulaye Idrissa Maïga est devenue députée grâce à lui.

À cette occasion, les cercles du RPM ont parlé d’argent. De beaucoup d’argent.

Son acte de nomination a été pris en violation de la loi.

Qui vous a entendu protester, vous le juste ?

Vous ne le pouviez pas, car vous étiez ministre.

Vous vouliez sauver et garder votre confort.

Pouvez-vous traiter le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga de patriote, lui qui a tordu le cou à la loi et priver des citoyens de leurs droits pour récompenser un service ?

Mr le ministre,

Vous savez également que Mr Keita a été nommé à la Cour constitutionnelle par le Président Amadou Toumani Touré par népotisme. Il est le frère de sang de Mohamed Keïta, le beau fils du Président ATT.

Vous convenez avec moi que sans ce lien, il n’aurait jamais été nommé à cette auguste Cour.

Qui vous a entendu protester et dénoncer ce népotisme caractérisé ? Personne.

Monobem Ogoniangaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here