Les quatre fronts de SBM

Quittera ou restera ? La question tient d’une véritable tragédie grecque depuis que deux des plus influents religieuses maliens sont entrés dans la danse pour réclamer la tête du chef du Gouvernement, faute de pouvoir prétendre à celle du président de la République. Pour ce faire, le Cherif de Nioro, Bouyé Haidara, et le président du Haut Conseil Islamique du Mali, Mohamédine Dicko, ont mis à profit un rassemblement assez persuasif et impressionnant auquel leurs condisciples ont été conviés. Mais les deux leaders religieux ne sont pas le seuls. Tapis dans les tranchées de la guerre qu’ils ont ouvertes au Premier ministre se cachent des acteurs dont l’adversité frôle l’inimitié. C’est le cas du député élu en Commune II et non moins fils de l’employeur du Premier ministre. Au nom dit-on des intérêts familiaux malmenés à la Primature et de son retour sur la scène publique, l’Honorable Karim Keïta aurait même tiré les ficelles de l’effroyable mobilisation au Stade du 26 Mars. Cette cause n’est pas pour déranger outre mesure le président du parti présidentiel, Bocari Treta, lequel se démène comme un beau diable contre la déstabilisation de sa famille politique par les défections portant la marque de son partenaire et homologue de l’ASMA. Pour ce faire, le président de l’EPM ne renonce pas à son tour à pactiser avec ceux qui, hier encore, étaient présentés comme le diable. Pour autant qu’ils partagent le même dessein de ne pas laisser SBM profiter de la Primature pour se frayer un chemin pour 2023.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here