Hafez Ghanem Vice-président Afrique de la Banque mondiale: «Nous voulons faire de l’Afrique le continent des startups»

Nommé en juillet 2018 vice-président pour la Région Afrique de la Banque mondiale, Hafez Ghanem a entamé une visite de trois jours au Mali. Dans ses valises, le nouveau Monsieur Afrique à la Banque mondiale n’a pas apporté que des billets de banque, il a aussi annoncé, à la presse, ce mercredi, de nouvelles orientations notamment en faveur des jeunes.

Maliweb.net – «Nous sommes engagés à soutenir le secteur énergétique au Mali», a indiqué Hafez Ghanem à la presse. La veille, l’expert en développement avait, à la tête d’une délégation, signé avec le gouvernement du Mali, un contrat de 45 milliards de Fcfa pour l’électrification rurale au Mali. Cetteenveloppe financera la première phase du Projet régional d’accès à l’électricité au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il permettra dans les cinq pays concernés dont le Mali,  la Gambie, la Guinée-Bissau, le Niger et le Togo d’accroître l’accès à l’électricité pour 2,5 millions de personnes. A terme la Banque mondiale va injecter 225 millions de dollars (112,5 milliards de Fcfa) dans ce projet.

De 2015 à 2018, la Banque mondiale à travers la BIRD et de l’IDA a injecté 495 millions de dollars dans le développement du Mali. En 2019, l’institution prévoit d’apporter un portefeuille de 202 millions de dollars. Selon Hafez Ghanem, « le capital humain est le meilleur investissement pour le développement d’un pays». Une déclaration qui tranche jusque-là, avec les interventions de la Banque mondiale. Car, seulement 4% du portefeuille de l’institution est apporté au développement humain contre 25 % dans le secteur de l’énergie; 18 % au transport et 25 % au développement rural.

Pour investir dans le développement humain, explique Hafez Ghanem, il faut investir dans les secteurs porteurs pour les jeunes.Ces derniers sont près de 300 000 à arriver chaque année sur le marché de l’emploi. Le indicateurs, indique l’expert, montrent qu’on tend vers la digitalisation de l’économie mondiale. C’est pourquoi, indique le vice-président, «nous voulons faire de l’Afrique le continent des startups».

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here