IBK- M’Bouye – Dicko : Les vraies raisons du divorce !

Le chérif de Nioro N’Bouyé Haïdara et Mahamoud Dicko ont été incontestablement des vrais artisans de la victoire du candidat RPM Ibrahim Boubacar Keïta à la présidentielle 2013. Ce soutien a été conditionné à la signature d’un pacte.

Voici le pacte d’IBK avec les religieux, retrouvé sur le Net, dans le cadre des élections de 2013. « Accord entre IBK et les leaders religieux. » «La relecture du Code de la famille non plus par l’administration et l’Etat, mais cette fois-ci par un groupe de travail sous l’égide du Haut Conseil Islamique du Mali ; interdiction des débits de boisson, boîtes de nuit et maisons closes ; interdiction des films pornographiques et érotiques ; réorganisation de la censure notamment pour l’audio-visuelle (ORTM) et les médias privés ; interdiction totale des jeux de hasard ; aménagement des lieux de prière dans les ministères et les administrations publiques aux frais de l’Etat, avec une participation des musulmans ; aménagement d’une mosquée dans les aéroports et les hôpitaux ; réaffirmation par décret du caractère sacré du mois de ramadan, avec interdiction des festivités et fermeture des débits de boissons, des boîtes de nuit et des centres de loisirs ; médicalisation de l’excision et non pas suppression de cette pratique ; la prise en charge des imams des mosquées de vendredi et leurs adjoints par un salaire net d’impôts de 300.000 F CFA pour les premiers et 200.000 F CFA pour les seconds, ainsi que l’instauration d’une allocation annuelle à allouer aux mosquées de vendredi ; interdiction du port d’habits indécents dans les ministères, administrations, institutions et organismes publics et semi-publics ; la création de tribunaux islamiques de conciliation dans les quartiers et les communes ; la création d’un ministère des affaires religieuses…» Ce sont bien là les termes du mémorandum accepté par IBK.

Si certains de ses points s’avèrent pertinents (médicalisation de l’excision, création d’un ministère des affaires religieuses, etc.», d’autres sont tout simplement liberticides et anticonstitutionnels et par conséquent, impossibles à mettre en œuvre dans une République laïque. Pourquoi diantre alors un homme d’Etat a-t-il accepté pareil deal ? Le président du Mouvement Sabati 2012 l’a bien précisé: IBK s’avérait le cinquième candidat sur leur liste après Cheick Modibo Diarra, Choguel Kokalla Maïga, Moussa Mara et Mountaga Tall. Ces derniers ont, selon toute évidence, choisi de bien réfléchir avant d’accepter les critères à eux soumis. C’est donc IBK qui s’est engagé. Le vin étant alors désormais tiré, il faudra le boire. Aux yeux des cercles islamiques, le désormais président de la République doit tenir ses engagements, comme par exemple créer des tribunaux islamiques dans les quartiers et communes, procéder aux censures des medias, etc. C’est le non-respect de ces engagements qui est la cause réelle du divorce entre IBK et les leaders religieux, e l’occurrence Mahamoud Dicko et le chérif de Nioro, N’Bouyé Haïdara.

Sékou Kyassou Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here