Jeamille Bittar : «Tous les déboires et pressions que j’ai eus, c’est à travers le coup d’Etat de Sanogo»

Le deuxième anniversaire du MC-ATT a été fêté avec faste ce jeudi 21 février 2019 au siège du parti, à Badalabougou. A cette occasion, le président du parti, Jeamille Bittar, a convié la presse. Les questions politiques, la vie de la nation, les avancées du parti et ses relations avec la majorité présidentielle, la démission du Premier ministre exigée par certains leaders religieux…ont été abordées. 

Depuis maintenant deux ans, le parti MC ATT se bat sur la scène politique malienne.  Selon Jeamille Bittar, l’implantation du parti se poursuit à Bamako et à l’intérieur du Mali.

Après avoir parlé de la vie politique du parti lors des élections de juillet 2018, le président Bittar s’est prononcé sur les relations de sa formation politique avec le président et la coalition ‘’Ensemble Pour le Mali’’.  A ses dires, il entretient de bonnes relations avec eux. «En dehors de la politique, IBK est non seulement un ainé, un grand frère, un ami. Certes dans une famille on peut parfois se fâcher, on peut être énervé, mais on reste toujours de la famille», explique-t-il.

Selon Jeamille Bittar, son adhésion à la majorité n’a rien à voir avec ses affaires. Il l’a fait de façon judicieuse et sans aucune forme de contrainte, affirme-t-il. « Les affaires restent les affaires et elles restent en dehors du cadre politique. Moi, je sais faire la différence entre celles-ci et la politique. Aujourd’hui, dire que j’ai été soumis à des pressions hautes, je m’inscris en faux. Tous les déboires et toutes les pressions que j’ai eus, c’est à travers le coup d’Etat de Sanogo et compagnies. Ma société de transport a été détruite à cause de ça, j’ai été incarcéré et j’ai pris tellement de coups », raconte M. Bittar.

Ces coups subis par l’opérateur économique font désormais partis du passé. En bon croyant et pour la réconciliation et la paix au Mali, il affirme avoir pardonné l’auteur. A l’en croire, il s’est rendu à Sélingué pour exprimer son pardon à Sanogo.

  1. Bittar estime que le seul combat que les Maliens ont aujourd’hui, c’est de vaincre les ennemis invisibles, les djihadistes qui sont partout. «C’est vrai que notre armée est en train de monter en puissance, mais cette guerre n’est pas une guerre conventionnelle ou on voit l’ennemi en face ou on peut aller à l’affrontement direct. Il faut la faire avec intelligence et discernement. Cela nécessite l’accompagnement de tous», recommande-t-il aux Maliens.

Parlant des récentes sorties des leaders religieux contre le Premier ministre, le MC ATT, à travers son président, a réaffirmé son soutien au président de la République et son gouvernement.

« Je félicite le président pour sa main tendue. Je remercie le président de la République du geste qui a consisté à accompagner ce grand meeting qui devrait avoir lieu comme cela se doit dans les règles de l’art depuis plusieurs décennies», a déclaré Jeamille Bittar.

Pour la démission du PM, cela, dit-il, relève de la compétence du président qui le nomme.  « Nous soutenons le président et son gouvernement, qui est le nôtre. Il ne peut être qu’autrement. Nous estimons qu’aujourd’hui notre pays a besoin de stabilité», a-t-il conclu.

Oumar SANOGO

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here