Le président de la République rencontre le chef de file de l’opposition : Le Mali au cŒur des échanges

Pour Soumaïla Cissé, les discussions n’ont porté que sur le pays et des solutions qui amèneront tous les Maliens à se rassembler, à trouver les chemins de sortie de crise. Selon ses dires, le deuxième round des échanges aura lieu la semaine prochaine

Est-ce le début de la décrispation sur la scène politique dans notre pays ? Nombre d’observateurs et même de citoyens lambda se posent cette question à l’issue de la rencontre, mardi dernier, entre le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta et le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé.
Cet événement est d’autant plus important qu’il intervient à un moment où le pays s’apprête à ouvrir d’importants chantiers politico–institutionnels (élections législatives et régionales, révision de la Constitution, référendum).
A sa sortie d’audience, le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD) a levé un coin de voile sur le contenu des échanges qu’il a eus avec le chef de l’Etat.
Devant la presse, Soumaïla Cissé a tout d’abord lancé un message d’espoir à l’ensemble des Maliens, assurant que le dialogue se poursuivra. « C’est un début, très prochainement, nous allons nous revoir et je crois que c’est à partir de là que nous pourrons dire, voilà des propositions de solutions. Je crois que le premier pas a été fait par cet appel téléphonique et nous aussi allons faire un deuxième pas en allant à Koulouba », a-t-il promis.
Pour le chef de file de l’opposition, c’est déjà un « début de quelque chose », annonçant que ce qui sera fait la semaine prochaine doit confirmer ou infirmer la décrispation qui est attendue par tous les Maliens et qui semble aujourd’hui en vue. Par ailleurs, il s’est réjoui de l’atmosphère qui a régné pendant la rencontre, la qualifiant de cordiale. « L’ensemble de la discussion a porté sur les difficultés du pays, ce que chacun de nous envisage pour qu’on puisse sortir de la crise. Donc, ça a été une discussion d’une grande tonalité, empreinte de beaucoup de sérieux, de beaucoup de gravité », a-t-il commenté, avant d’ajouter que la situation du pays méritait la gravité qui a marqué leur discussion.
S’achemine-t-on alors vers l’entrée de l’opposition dans le gouvernement ? En réponse à cette question, Soumaïla Cissé a indiqué que les échanges n’ont porté que sur le pays et des solutions qui amènent tous les Maliens à se rassembler, à trouver les chemins de sortie de crise.
«Nous n’avons pas parlé de gouvernement, de postes qui sont vraiment secondaires. Dans un premier temps, c’est d’abord de partager ensemble les difficultés. Nous avons parlé de la loi électorale, de la crise sécuritaire, de la crise sociale. Nous avons parlé de la sous-région, de nos partenaires, nous avons mis le Mali au cœur, c’est cela le plus important ».

Massa SIDIBé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here