Plan de réponse humanitaire : Pour la Mobilisation de 171 milliards de Fcfa

Ce fonds servira à sauver et préserver des vies, assurer un accès minimum aux
services de base, anticiper et répondre aux chocs récurrents, en renforçant la résilience communautaire

Face à l’ampleur des besoins humanitaires et à l’urgence d’y apporter la réponse requise, la communauté humanitaire a lancé un appel de fonds en vue de collecter 296 millions de dollars (environ 171 milliards de Fcfa) pour venir en aide à 2,3 millions de personnes. Ce chiffre correspond à la population la plus vulnérable parmi les personnes en nécessité de prise en charge nutritionnelle, d’assistance en vivres, eau, hygiène et assainissement, abris et biens non alimentaires mais aussi de soins de santé, d’éducation et de protection.
Le plan de réponse humanitaire, élaboré à cet effet, a été solennellement lancé, hier à Azalaï hôtel Salam, par le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadou Konaté, en présence de ses collègues de l’Elevage et de la Pêche, Mme Kané Rokia Maguiraga et de la Santé et l’Hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow. Y étaient aussi, la coordinatrice humanitaire au Mali, Mbaranga Gasarabwe, le chef de bureau OCHA-Mali, Ute Kollies, et nombre de représentants des organisations nationales et internationales.

En effet, en lien avec la crise humanitaire qui perdure depuis 2012, la communauté humanitaire a élaboré un Plan de réponse humanitaire (HRP) du Mali pour 2019 avec comme priorité, la prise en charge des besoins humanitaires nouveaux et persistants, liés à cette crise complexe.
Cette stratégie humanitaire cherche à répondre à trois objectifs stratégiques, notamment sauver et préserver la vie, la dignité et assurer un accès minimum aux services de base, anticiper et répondre aux chocs récurrents, en renforçant la résilience communautaire. Il s’agit aussi d’assurer une réponse humanitaire de protection à des personnes affectées.
Le ministre en charge de la Solidarité a remercié la communauté humanitaire pour la mise en place de ce plan qui est un cadre de planification et de plaidoyer en faveur des populations dans le besoin. Il a aussi rappelé que sept ans après l’éclatement du conflit dans le Septentrion et dans une partie du Centre, le Mali fait toujours face à une crise sécuritaire, aux aléas naturels (inondations, sécheresse) et aux tensions intercommunautaires qui rendent encore plus vulnérables les ménages les plus démunis.
« De nombreux civils ont perdu la vie, d’autres ont été blessés ou sont obligés de fuir les violences et leurs conséquences telles que les attaques asymétriques et l’utilisation d’engins explosifs improvisés », a-t-il ajouté. Malgré cet environnement sécuritaire volatile, près de 200 organisations humanitaires continuent de fournir l’assistance aux populations dans tout le pays, s’est réjoui le ministre Konaté.

« A la date du 31 janvier dernier, 71.156 rapatriés ont été enregistrés et 135.207 Maliens sont encore réfugiés au Niger, en Mauritanie et au Burkina Faso, tandis que plus de 526.000 personnes déplacées internes sont retournées », a fait remarquer le ministre Konaté. Pour les personnes déplacées internes au nombre de 123.574, il a souligné les efforts du pays, en matière de création d’environnement favorable pour leur prise en charge. Selon le ministre Konaté, « c’est à l’occasion du 10è anniversaire de la Convention de Kampala sur les personnes déplacées internes que notre pays prépare un avant-projet de loi relatif à l’opérationnalisation de cette convention pour préciser les responsabilités de l’Etat vis-à-vis de ces citoyens déplacés ». Par ailleurs, il s’est réjoui du fait qu’en 2019, la situation alimentaire connaitra une certaine amélioration liée aux résultats de la campagne agricole de cette année, jugée bonne (10,4 millions de tonnes, soit une hausse de 12% par rapport à l’année dernière). Malgré cette belle performance, le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire a révélé que les résultats du cadre harmonisé de novembre 2018 estiment que 3,4 millions de personnes seront sous pression pour accéder aux vivres durant la période de soudure cette année (de juin à août), dont plus de 400.000 en phase de crise ou d’urgence. « Cela dénote de la fragilité de la situation alimentaire », a-t-il affirmé.
En outre, dira-t-il, du fait de la crise au nord et au centre du pays, quelques structures sanitaires ne sont pas fonctionnelles. Ce qui contribue à la non assistance à certaines femmes par un personnel qualifié pendant l’accouchement. « Enfin, on estime qu’environ un million de personnes au Mali ont besoin d’assistance en eau, hygiène et assainissement », a conclu le ministre Konaté.
Pour la coordinatrice humanitaire, avec ce Plan de réponse, les acteurs humanitaires renouvellent leur engagement à œuvrer pour sauver des vies, alléger les souffrances, préserver la dignité des ménages, les plus vulnérables et renforcer la résilience des populations affectées ou à risque.
Selon elle, les interventions visent à assurer la continuité des services sociaux de base, le renforcement des filets sociaux de protection sociale et des moyens d’existence ainsi que la mise en place d’une réponse humanitaire de protections holistiques, adaptées aux populations affectées. « L’année dernière, nous avons pu mobiliser 179 millions de dollars (89,5 milliards de Fcfa), soit environ 54 % des fonds recherchés dans le cadre du Plan de réponse », a-t-elle annoncé. Et de préciser que d’autres fonds estimés à 71 millions de dollars (35,5 milliards de Fcfa), ont été alloués à des projets, non inclus dans le Plan de réponse humanitaire.

Mohamed Z.
DIAWARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here