Insécurité au Mali: La gangrène gagne Bamako et environs

Malgré les efforts de déploiement de plusieurs soldats de la MINUSMA et ceux des Forces Armées Maliennes (FAMA), l’insécurité ne faiblit pas. Elle se rapproche de plus en plus de la capitale Bamako. Le vendredi 22 février 2019, un braquage contre des soldats du contingent guinéen de la MINUSMA à bord d’un véhicule de location à destination de la Guinée, près de la ville de Siby, a occasionné 03 morts et 02 blessés. Alors que le lundi, une tentative d'attaque Kamikaze complexe aux véhicules piégés a visé le camp militaire Boubacar Sada SY de Koulikoro. Suite au braquage de Siby et l’attaque complexe visant le Camp militaire Boubacar Sy de Koulikoro situé à 60 km de Bamako, le gouvernement, par le biais du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, a rendu public deux communiqués condamnant fermement les actes barbares.
Dans le premier communiqué, le ministère de ma sécurité a informé l'opinion nationale et internationale d’un braquage à main armée perpétré, le 22 février 2019 aux environs de 22 heures, contre des soldats du contingent Guinéen de la MINUSMA en permission à bord d'un véhicule de location à destination de la Guinée Conakry, aux environs de la ville de Siby, à 44 km de Bamako. Malheureusement, ce braquage a occasionné la mort de 03 soldats et fait 02 blessés dont le chauffeur civil. « En cette douloureuse circonstance, le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile présente au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations - Unies, à la Minusma, au Gouvernement de la République de Guinée ainsi qu’aux familles des illustres disparus, ses condoléances les plus émues et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », lit-on dans ce premier communiqué où le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile a condamné avec la dernière énergie cet acte qualifié d’ « odieux et injustifiable ». Le ministère a annoncé que tout est mis en œuvre pour identifier les auteurs et les traduire en justice.
Dans le second communiqué, le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile en date du lundi 24 février 2019, a informé l'opinion nationale et internationale de ce qui suit : « Aux environs de 03 heures, une tentative d'attaque Kamikaze complexe aux véhicules piégés a visé le camp militaire Boubacar Sada SY de Koulikoro ». Selon toujours ledit communiqué, les assaillants ont d'abord tiré sur le poste de contrôle de Mafeya à la sortie vers Banamba, pour entrer dans la ville avant de foncer sur le camp. La vigilance et l'alerte réactives des sentinelles ont obligé les assaillants à déclencher leurs systèmes, juste à l'entrée du camp. Un deuxième véhicule Kamikaze bourré d'explosifs, selon le même communiqué, qui n’a pas pu être déclenché par les assaillants, a été contrôlé par des démineurs. Cette attaque, selon le bilan provisoire du ministère de la sécurité, a fait 02 morts du côté des assaillants et 03 blessés légers dont 02 militaires et 01 civil. Notons que cette attaque djihadiste est intervenue alors que le Premier ministre Français, Edouard Philippe, était en visite de 48 heures dans notre pays, avec dans son agenda, les questions de sécurité et de développement.
O.O

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here