Affaire de 15% à PMU-MALI : Le ministre Arouna Modibo Touré, blanc comme neige !

Nous tenons à le préciser. Suite à un article publié sous le titre : «les revendeurs du Pmu dénoncent le diktat de la direction générale»; article paru la semaine dernière dans le journal ‘’Le Serment du Mali N°19’’, le ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, ancien PDG du Pmu Mali, a réagi. Le ministre Touré se dit surpris et indigné de se voir citer, sans preuve, dans cet article qui porte sur la gestion de la société. Mieux, le ministre dénonce une cabale contre sa personne dans une affaire de gestion du PMU-Mali, une société qu’il a quittée il y a des lustres. De quoi s’agit-il ?

En effet, il y a deux semaines, lors d’un sit-in devant la direction générale de Pmu-Mali, des revendeurs de Pmu (pas tous) accusaient l’ancien PDG, Arouna Modibo Touré, non moins actuel ministre de la communication, comme étant le principal auteur de la loi N°2017-0022 du 12 juin 2017, laquelle serait ‘’la source de leur malheur’’ parce que leur obligeant, désormais, à payer une taxe de 15% sur leurs revenus mensuels. Aussi, ces revendeurs le soupçonnent également de ‘’télécommander la boîte à travers des agents qu’il aurait nommés à des postes clés’’.

Face à ces affirmations qu’il a qualifiées de «fausses» et relevant de la «pure méchanceté» de la part de ses auteurs, le ministre de l’Economie Numérique et de la Communication a, humblement, fait un recadrage avec des arguments très solides.

Face à ces accusations gratuites dont il fait l’objet ces derniers temps, le ministre Touré a tenu à préciser que cette Loi à laquelle les revendeurs font allusion, a été initiée après son départ du Pmu-Mali. A noter qu’Arouna Modibo Touré a quitté le PMU-Mali pour le gouvernement en avril 2017. Pour la fameuse loi, elle a été adoptée en juin de la même année.

Autre précision de taille donnée par l’ancien PDG Arouna Modibo Touré : «au Mali une loi ne peut être initiée par un directeur général. La loi émane soit d’un député ou de l’Assemblée nationale (proposition de loi), soit d’un ministre (projet de loi), mais jamais d’un directeur général».

Autrement dit, Arouna Modibo Touré, PDG du PMU d’alors, ne pouvait, en aucun cas, être l’auteur de cette loi dénoncée aujourd’hui par les revendeurs. Cela étant clair comme eau de roche, le ministre met en garde quiconque le citerait, sans preuves, dans une quelconque gestion du Pmu-Mali.

«Comment pourrais-je, en tant que ministre, télécommander une structure qui est déjà dirigée par un directeur et qui ne relève pas de mon département? C’est illogique de penser que je suis impliqué dans les affaires du PMU. J’ai tellement à faire dans mon département que je n’ai pas le temps de me mener des affaires au niveau du PMU. J’exhorte les uns et les autres à chercher la solution à leurs problèmes ailleurs», a confié le ministre Arouna Modibo Touré à l’un de ses collaborateurs.

En considérant ces arguments qui précédent, on peut confirmer sans risque de se tromper que le ministre Arouna Modibo Touré n’est ni de près, ni de loin impliqué dans la gestion du PMU-Mali. Du moins, depuis son départ de cette boîte.

De nombreux observateurs, proches du PMU, indiquent qu’Arouna Modibo Touré est tout simplement victime du bon travail qu’il a réalisé pendant son règne. Selon eux, la modernisation de la boîte qui a rendu possible la numérisation de la vente des tickets et d’autres mesures de sécurité dont il est l’artisan, a donné un coup de frein à la fraude massive et le vol qui caractérisaient PMU-Mali depuis sa création. Cela est même reconnu et salué par l’ensemble des travailleurs de PMU, j’allais dire par tous les Maliens.

Mais force est de constater que si cette informatisation des tickets a été saluée par plus d’un travailleur du PMU, elle n’est pas du goût des fraudeurs ; lesquels ne cachent plus leur aversion pour le jeune Touré, devenu l’homme à abattre pour avoir fermé leur ‘’robinet’’. Ce sont ces fraudeurs mécontents qui auraient entrepris une cabale sans nom contre l’ancien PDG pour ses œuvres salutaires au sein du PMU.

«Cette numérisation de la vente des tickets a, non seulement, diminué la fraude, mais elle a également contribué à diminuer les cas d’accidents ; auxquels étions confrontés nous les revendeurs, après la fermeture des kiosques. Après la fermeture des kiosques, il fallait courir vite pour remettre les tickets à la direction générale et cela a coûté la vie à beaucoup de revendeurs. Aujourd’hui, la donne a changé avec l’arrivée des machines numériques», a témoigné un membre du syndicat des revendeurs de PMU.

Contrairement aux autres, celui-ci pense que l’ancien PDG, Arouna Touré n’a fait que du bon boulot lors de son passage à PMU.

Rappelons que partout où le jeune Touré a servi, de l’ANICT au ministère de l’Economie Numérique et de la Communication en passant par l’ANPE et PMU-Mali, il a laissé de bonnes impressions cela, par le travail bien fait. Et cela prouve à suffisance que c’est un jeune qui n’a pas seulement une tête bien faite, mais une tête pleine d’idées innovatrices.

La rédaction

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here